SMART CITY : LE RÈGNE DU TOUT-CONNECTÉ

Au Smart City Expo World Congress, qui se tient en ce moment à Barcelone, on parle beaucoup de navettes autonomes, mais aussi de parking connecté et même de qualité de l’air.

Par Olivier Debras, Publié le 15/11/2017
Le 14h00 décortique

Au Smart City Expo World Congress, qui se tient en ce moment à Barcelone, on parle beaucoup de navettes autonomes, mais aussi de parking connecté et même de qualité de l’air.

Comme son nom l’indique, cet événement réunit à la fois des acteurs de l'industrie, du transport, des télécoms et de l'énergie sur le thème de la ville intelligente. On peut y voir par exemple Transdev, qui expose sur son stand la ZOE autonome qui circulera à Rouen à partir du printemps 2018 dans le cadre d'une expérimentation. C'est la première fois que ce prototype du projet Rouen Normandy Autonomous Lab est présenté sur un salon international. En matière de conduite autonome, la technologie française est par ailleurs représentée par Navya et Easymile, les deux fabricants de navettes. Ces acteurs travaillent également avec Transdev. Et il faut désormais en ajouter un autre, puisque le groupe de transport public a dévoilé un nouveau véhicule, conçu en partenariat avec le groupe alsacien Lohr. Le i-Cristal est une navette compacte, pouvant accueillir malgré tout 16 passagers, dont des handicapés. Elle est électrique (autonomie de 100 à 120 km, recharge rapide en 90 mn) et autonome. Pour la doter de capteurs et d’intelligence artificielle, Transdev a fait appel à des partenaires dont l'IRT SystemX et VEDECOM pour la partie académique et Delphi chez les industriels. La navette i-Cristal sera mise en service à titre expérimental à Saclay en septembre 2018 et d'ici la fin de l'année 2018 à Rouen.

D’autres acteurs mettent en évidence le véhicule autonome, tels que Mobileye (fabricant de caméras racheté par Intel), qui après avoir équipé plus de 20 millions de véhicules dans le monde, propose de mettre sa technologie à la disposition des villes. L’expérience se vit en réalité virtuelle, avec un casque sur la tête. Même traitement sur le pavillon de la ville de New-York, où à bord d’un Transit Connect configuré en taxi jaune, Ford fait découvrir sa vision de la mobilité partagée du futur. Grâce à l’application Ford Pass, le constructeur américain imagine qu’on pourra utiliser demain des véhicules robotisés, mais également des drones qui permettent de survoler les gratte-ciels.

Chez l’allemand Bosch, qui est l’un des fournisseurs incontournables de la future ville intelligente (qu’il présente à l’état de maquette), l’un des grands thèmes est le parking connecté. Un parking qui pourra dialoguer avec les voitures, les informer du nombre de places disponibles, les guider vers celles-ci (sans le conducteur, qui aura laissé son véhicule à l’entrée) et même organiser un lavage en mode autonome avant de restituer le véhicule.

L’une des priorités est aussi de compter le nombre de véhicules, afin de prévenir les bouchons. Il est à noter que la Smart City se préoccupe également de la santé des usagers des transports. Sur plusieurs stands, on peut voir des capteurs intelligents, capables d’analyser la pollution en temps réel et d’envoyer cette information pour prévenir les automobilistes.

Tout devient donc connecté, y compris les vélos et les scooters électriques en libre-service.

Et la voiture dans tout cela ? Elle est toujours là, comme en témoigne la présence de Seat, seul constructeur à exposer au salon. La filiale espagnole de Volkswagen y met en avant une citadine électrique, qui se partage grâce à un smartphone. Ce prototype est utilisé par les start-up hébergées par le Metropolis Lab de Barcelone. Seat expose également un prototype Leon Cristobal qui ne propose pas moins de 19 fonctions liées à la sécurité. Ce véhicule dissuade par exemple de faire des SMS en conduisant. Il peut détecter que vous êtes penché sur votre smartphone et va alors déclencher une alerte sur le tableau de bord, suggérant une liste de contacts à qui l’intelligence artificielle peut envoyer à votre place un message. Et parmi les acteurs qui comptent dans l’automobile, il faut encore citer…. Microsoft. Sur son stand, la marque fondée par Bill Gates expose en exclusivité la nouvelle Nissan Leaf, pour qui elle va héberger des services connectés dans son système de cloud Azure. Le même Microsoft qui présente aussi un SUV Nissan tout connecté pour les besoins de la police. C’est à ce genre de détail que l’on mesure que la Smart City n’oublie pas la répression et la surveillance de la criminalité.

 

Laurent Meillaud pour le CCFA