ZF : quels changements après l'acquisition de TRW ?

En mai, l'équipementier allemand ZF a annoncé avoir finalisé la reprise de son homologue américain TRW. Ce dernier sera désormais intégré au sein de ZF, en tant que division spécialisée dans les technologies de sécurité actives et passives, et l’intégration totale de TRW devrait durer trois à cinq ans.Cette acquisition a été approuvée en mars par la Commission européenne, à condition que ZF s'engage à céder les activités de TRW relatives à la conception, à la fabrication et à la vente de composants de châssis. Ces activités comprennent les capacités de production et de recherche et développement de TRW dans ce domaine (usine, droits de propriété intellectuelle, contrats de ventes et fourniture en cours, savoir-faire, licences et autorisations et actifs d’essai et de production).Avec cette acquisition, ZF change de dimension et devient le numéro trois mondial parmi les équipementiers automobiles. En outre, avant d'intégrer TRW, l'équipementier allemand évoluait sur un marché haut de gamme aux volumes limités. Avec TRW, il a accès à de nouveaux produits et à de nouveaux marchés et clients. En effet, les constructeurs généralistes représentent environ 80 % des ventes de l'ancien TRW (contre 50 % environ pour ZF).Le nouveau groupe formé par la réunion de ZF et TRW est donc présent à la fois sur le segment du haut de gamme et des technologies de pointe, mais aussi sur un marché généraliste aux volumes plus élevés.En outre, le nouveau ZF est devenu un groupe réalisant un chiffre d'affaires de près de 30 milliards d'euros, avec 134 000 salariés répartis dans 230 sites dans le monde. Outre l'accroissement mathématique du chiffre d'affaires lié à l'intégration de TRW, ZF va également développer ses compétences et faire son entrée dans de nouveaux domaines de produits. Les systèmes d'assistance à la conduite actifs (pour les voitures comme pour les poids lourds) notamment sont au c’ur de la future croissance du groupe. Ils sont également une étape en vue de l'automatisation de la conduite. Les systèmes permettant de réduire la consommation de carburant (et donc les émissions de CO2) sont également cruciaux.

Cindy Lavrut