Volkswagen vise le marché de l'Ouest de la Chine, avec son usine à Urumqi 2/2

Outre les possibilités de développement en termes de ventes en Chine, Volkswagen a voulu créer à Urumqi une usine exemplaire en termes de RSE (responsabilité sociale de l’entreprise). Le groupe allemand voulait donc promouvoir l’intégration des minorités ethniques, et notamment des Ouïghours (qui bien que plus nombreux restent considérés comme minoritaires, la population « majoritaire » étant les Hans).

Volkswagen voulait participer à stabiliser la région en employant au moins 25 % de salariés issus de minorités ethniques (alors que ces minorités représentent au total 60 % de la population du Xinjiang). Malheureusement, Volkswagen n’a pas réussi à atteindre cet objectif. Le constructeur garde néanmoins bon espoir, car plus de 30 % des apprentis dans l’usine de Volkswagen à Urumqi sont issus de minorités ethniques.

En revanche, dans les études supérieures, les Ouïghours restent pénalisés (faute de moyens financiers suffisants et parfois en raison de discriminations). Ainsi, sur 11 bourses Volkswagen attribuées à des doctorants dans le Xinjiang, 10 l’ont été à des Hans.

Malgré ces problèmes, l’usine d’Urumqi va jouer un rôle important dans le développement de Volkswagen en Chine. Le constructeur va ainsi pouvoir accroître sa présence et ses ventes dans l’Ouest de la Chine. En outre, Urumqi pourra jouer le rôle d’une base de production pour le reste du pays. En effet, la ville est bien desservie, étant reliée à Pékin par un train à grande vitesse.

L’usine d’Urumqi dispose de capacités de production de 100 000 voitures par an. Elle illustre l’importance du marché chinois pour Volkswagen. Actuellement, la Chine représente un tiers des ventes mondiales du groupe et même 50 % des ventes pour la seule marque éponyme.

L’objectif de Volkswagen est de distribuer en Chine une gamme de modèles dont la moitié seront produits localement d’ici à 2015. En 2013, Volkswagen avait donc annoncé la construction de 7 nouvelles usines en Chine, dont fait partie celle d’Urumqi.

Outre ces usines supplémentaires, Volkswagen veut élargir son réseau de distribution en Chine, notamment dans les villes de moyenne importance (de 1 à 5 millions d’habitants).

Cette politique de développement en Chine reflète la dépendance de Volkswagen vis-à-vis du marché chinois. Les bénéfices de la marque VW dans le pays ont ainsi augmenté de 17 % en 2013, alors qu’ils stagnaient dans le reste du monde. En outre, 25 % des bénéfices de la marque ont été réalisés en Chine.

Cindy Lavrut