Volkswagen va présenter un plan pour remettre aux normes ses voitures équipées de logiciel truqueur

Aux Etats-Unis, Volkswagen pourrait présenter un plan pour remettre aux normes ses voitures équipées de logiciel truqueur dès la semaine prochaine, a indiqué Christopher Grundler, directeur du Bureau des Transports et de la Qualité de l’air de l’EPA (Agence américaine en charge de la protection de l’environnement). « Nous espérons recevoir une proposition très bientôt, mais nous voulons nous assurer qu'elle est efficace », a déclaré M. Grundler. M. Grundler que la remise aux normes des quelque 482 000 véhicules concernés par le scandale va « demander une solution d'ingénierie importante », avec notamment l'ajout d'un réservoir pour stocker l'urée (qui permet de transformer les oxydes d'azote et les gaz d'échappement en diazote et en vapeur d'eau).Michael Horn, président de Volkswagen of America, a annoncé que cette remise aux normes des véhicules prendra « un à deux ans au minimum ». Il a toutefois écarté un rachat des modèles affectés.Volkswagen a précisé que parmi les 482 000 véhicules concernés par le scandale aux Etats-Unis, 325 000 sont dotés du moteur de 2,0 l de première génération, 90 000 sont équipés du moteur de deuxième génération et 67 000 sont dotés du moteur de troisième génération. Pour ces derniers, qui satisfont déjà aux normes d'émissions, un simple changement du logiciel de contrôle du moteur sera suffisant.Par ailleurs, durant son témoignage devant le Congrès, M. Horn a déclaré que - s’il avait bien été informé d’une possible non-conformité des émissions des véhicules diesel du constructeur dès 2014 - il n'était au courant de l’existence d’un logiciel truqueur que depuis septembre. « Je n'ai pas été informé et je n'avais aucune raison de soupçonner ou de croire que nos véhicules étaient équipés d'un tel logiciel », a-t-il déclaré. M. Horn a réaffirmé qu'il était convaincu qu'un nombre restreint d'individus étaient responsables des manipulations des niveaux d'émissions et qu'il ne s'agissait pas d'une décision d'entreprise.« Les parties responsables seront identifiées et devront rendre des comptes. Des investigations approfondies ne font que commencer », a ajouté M. Horn.Enfin, l'EPA a précisé que le montant de l'amende que Volkswagen devra payer aux Etats-Unis sera calculée en prenant en compte les bénéfices dégagés par le constructeur grâce à la vente de ses véhicules truqués. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS, AUTOMOBILWOCHE, HANDELSBLATT, SÜDDEUTSCHE ZEITUNG, ZEIT 8/10/15, ECHOS, FIGARO 9/10/15)

Cindy Lavrut