Volkswagen et Opel veulent reproduire le succès de Dacia sur le segment des voitures à bas coûts

En Europe, les segments les plus porteurs sont ceux des véhicules de loisirs et des voitures à bas coûts. C’est pourquoi les constructeurs Opel et Volkswagen souhaiteraient reproduire le succès que connaît Dacia. La marque roumaine a en effet vendu 429 540 unités dans le monde en 2013 (+ 19,3 %). Opel veut accroître sa part de marché en Europe en développant son offre de petits modèles à bas. La marque à l’éclair a ainsi déclaré vouloir reproduire le succès de la filiale roumaine de Renault, sans toutefois créer une marque séparée. Opel veut introduire, sur le marché européen, un modèle situé sous l’actuelle Adam, pour un prix inférieur à 10 000 euros. Ce futur modèle est principalement prévu pour séduire les clients de Chevrolet (autre filiale de la maison mère d’Opel, General Motors), dont la commercialisation en Europe sera interrompue à compter de 2016, et qui occupe principalement le segment des voitures de classe économique et inférieure.Au niveau tarif, Opel est donc loin de concurrencer Dacia, dont les modèles les plus abordables ? la voiture particulière Logan et l’utilitaire Dokker Van ? sont commercialisés à partir de 7 700 euros et 6 990 euros, respectivement.Volkswagen de son côté mentionne depuis longtemps la possibilité de produire un véhicule à bas coûts, pour ses marchés émergents, principalement la Chine. Le constructeur avait ainsi annoncé en 2013 qu’il prévoyait de lancer une marque à bas coûts avec son partenaire chinois FAW. Cette marque séparée aurait dû produire des véhicules à moins de 8 000 euros à partir de 2016.Néanmoins, Volkswagen a été confronté à de nombreuses difficultés dans le cadre du développement d’un modèle à bas coûts. En effet, au début de 2014, Volkswagen a indiqué qu’il était contraint de geler son projet d’un véhicule « low-cost », faute d’avoir réussi à réaliser ses objectifs de coûts pour le modèle. En mars, le constructeur a relancé le projet, visant un coût compris entre 6 000 et 8 000 euros, pour un véhicule produit en Chine et destiné en premier lieu à ce marché (des exportations vers l’Inde et l’Asie du Sud-Est sont prévus après le lancement sur le marché chinois). Non seulement, le véhicule sera assemblé en Chine, mais en plus l’ensemble de ses composants proviendront du tissus de fournisseurs implantés en Chine. En ce sens, Volkswagen est dans une optique bien différente de Dacia, qui produit ses modèles en Europe (à Pitesti en Roumanie) et les commercialise à la fois dans les marchés émergents, mais également en Europe de l’Ouest (Dacia a notamment vu ses ventes augmenter de 9,5 % en Allemagne au premier semestre).En outre, Volkswagen risque, avec un tel modèle à bas coûts, de créer une concurrence interne avec d’autres modèles du groupe, notamment les voitures compactes des marques Seat et Skoda, dont les tarifs débutent à un peu plus de 9 000 euros.

Cindy Lavrut