Volkswagen aurait espionné des activistes syndicalistes entre 1964 et 1985

Une « Commission de la Vérité », instaurée par la Présidente du Brésil Dilma Roussef, aurait trouvé des documents prouvant que Volkswagen aurait espionné à la fois ses salariés et des dirigeants de syndicats entre 1964 et 1985, période à laquelle le Brésil était sous un régime militaire.Luiz Inavio Lula da Silva, qui a été Président du Brésil entre 2003 et 2010, aurait été l'un des activistes ciblés par Volkswagen.20 pages de documents confidentiels - apparemment transmis aux autorités par Volkswagen - auraient été retrouvées, renseignant le régime au pouvoir à l'époque sur les activités syndicalistes se déroulant à Sao Paulo. Contacté à ce sujet, Volkswagen s'est engagé à enquêter sur toute preuve démontrant que certains de ses employés aient pu transmettre de telles informations à l'armée à l'époque.«Volkswagen est reconnu comme un modèle lorsqu'il s'agit de faire face à son passé [...] et abordera ce sujet de la même manière », a indiqué le groupe allemand.Volkswagen est l'une des 19 entreprises étrangères qui prenaient part à de nombreuses réunions avec le régime militaire dans les années 1980. (AUTOMOTIVE NEWS EUROPE 5/9/14)

Cindy Lavrut