Vers une reprise du marché automobile européen ?

Les ventes de véhicules neufs ont progressé en décembre (+ 13,3 %, à 906 294 unités) pour le quatrième mois consécutif dans l'Union européenne. Elles ont ainsi augmenté de 1,4 % en Italie, de 5,4 % en Allemagne, de 9,4 % en France, de 18,2 % en Espagne et de 23,8 % au Royaume-Uni, laissant espérer une reprise en 2014. Sur l’ensemble de 2013, le marché automobile européen a toutefois baissé 1,7 %, à 11 850 905 unités, ce qui représente la sixième année de déclin. Les ventes ont été contrastées selon les pays, avec une progression de 10,8 % au Royaume Uni et de 3,3 % en Espagne, mais un recul de 4,2 % en Allemagne, de 5,7 % en France et de 7,1 % en Italie.

Les constructeurs d’automobiles espèrent atteindre le bout du tunnel cette année, après avoir vu le marché européen fondre de près d'un quart depuis 2007. Le président de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin a déclaré lors du dernier Salon de Francfort tabler sur « une croissance légèrement positive », tandis que le patron de Volkswagen, Martin Winterkorn, parlait d'une stabilisation. L'analyste allemand Stefan Bratzel, directeur du Centre de recherche automobile CAM, parie sur une reprise d'environ 4 % cette année. « La situation générale s'améliore », estime aussi Carlos da Silva, analyste chez IHS Automotive. « Mois après mois, de plus en plus de marchés en Europe repassent dans le vert. Les consommateurs ont besoin de remplacer leurs véhicules dans de nombreux pays », explique-t-il, ce qui devrait déboucher sur une reprise « lente et progressive » des immatriculations.

Les américains General Motors et Ford, qui cumulent des pertes de plusieurs milliards de dollars sur le Vieux continent ces dernières années, ont vu leurs ventes reculer respectivement de 4,3 %, à 946 099 unités, et de 3,2 % , à 878 786 unités, entre janvier et décembre 2013. L'allemand Volkswagen a limité la casse (- 0,6 %, à 2 957 653 unités), tout comme le spécialiste du haut de gamme BMW (- 0,8 %, à 761 477 unités) et le japonais Toyota (- 0,2 %, à 509 328 unités). Le sud-coréen Hyundai a perdu un peu de terrain (- 2,2 %, à 408 154 unités), mais les ventes de sa filiale Kia ont légèrement progressé (+ 0,4 %, à 329 285 unités).

Renault fait partie des rares grands constructeurs en Europe à avoir vu ses immatriculations progresser l’an dernier (+ 4,4 %, à 1 076 367 unités), notamment grâce aux bonnes performances enregistrées par sa marque à bas coûts Dacia, qui a connu une envolée de 23,3 %, à 289 016 unités. Daimler a lui aussi réussi à augmenter ses ventes de voitures de 4 % en 2013, à 658 546 unités.

Alexandra Frutos