Vers un rebond du segment des monospaces aux Etats-Unis (1/2)

Les ventes de monospaces aux Etats-Unis ont fortement reculé au cours de la dernière décennie, mais le segment semble amorcer une reprise.

Le monospace (« {minivan} » en anglais) a fait son entrée dans la langue et sur le marché américains au milieu des années 1980. Les ventes de cette catégorie de véhicules ont atteint leur plus haut niveau - 1,3 million d’unités - en 2000, mais elles ne totalisaient plus que 434 000 unités à peine en 2009 alors que le nombre de modèles proposés par les constructeurs était passé de dix-spet à douze dans l’intervalle. Les volumes sont remontés à environ 532 000 unités en 2013 avec seulement huit modèles commercialisés, et le nombre de véhicules proposés est appelé à croître dans les prochaines années.

Ford vient de lancer le Transit Connect Wagon, un modèle compact à sept places basé sur la plateforme de la Focus, dont les prix démarrent à 25 000 dollars. Le constructeur fait ainsi son retour sur un segment qu’il avait abandonné il y a huit ans. Kia réintroduira cet automne le Sedona, qui n’était plus proposé depuis 2012. Fiat Chrysler Automobiles a pour sa part annoncé début mai qu’il supprimerait le Dodge Caravan, mais il maintiendra au catalogue le Chrysler Town & Country, plus onéreux, et prévoit d'introduire un nouveau monospace.

Les monospaces restent des véhicules très rentables pour les constructeurs, ce qui explique que certains se lancent sur un segment perçu par beaucoup comme « un vieux segment en déclin du temps de Britney Spears et des Pokemon ». Les acheteurs de monospaces optent souvent pour des modèles luxueux et suréquipés et ce sont des clients fidèles, souligne un concessionnaire.

Frédérique Payneau