Vers un macaron pour les véhicules les plus vertueux ?

D’après le PARISIEN (18/12/13), le comité interministériel sur la qualité de l’air, qui se réunit aujourd’hui, pourrait durcir la réglementation applicable en cas de pic de pollution. Le nombre de jours soumis à une procédure d’alerte pourrait passer de 10 à 30 en moyenne. Par ailleurs, sur le principe de la pastille verte instaurée en 1998 puis abandonnée, un nouveau dispositif serait envisagé afin d’identifier les véhicules les plus vertueux en termes d’émissions de particules, qui seraient les seuls autorisés dans certaines agglomérations à circuler les jours de pollution.

Alexandra Frutos