Vers la fin du « Made in Germany » ?

Le label « Made in Germany » a longtemps été le gage de qualité qui faisait la force des constructeurs allemands, mais commence à perdre de sa substance. En effet, les marques telles Audi, BMW ou encore Mercedes produisent de moins en moins leurs véhicules en Allemagne. Depuis 2010, le nombre de voitures de marques allemandes produites à l’étranger a dépassé celui des voitures assemblées en Allemagne.

Cette délocalisation s’explique notamment par la volonté des constructeurs de produire leurs voitures sur les marchés où ils les vendent. Du fait de la crise en Europe, les principaux débouchés sont donc désormais la Chine ou les Etats-Unis. De plus, produire localement permet d’éviter des taxes à l’importation ou encore des risques de change et peut réduire les coûts de production selon le pays.

La production des constructeurs allemands (Audi, BMW, Daimler, Opel, Porsche, Volkswagen et Ford Werke) hors d’Allemagne a quadruplé en 20 ans pour atteindre 8,2 millions d’unités en 2012. la production de ces mêmes constructeurs en Allemagne ne s’est établi l’an dernier qu’à 5,6 millions d’unités. En outre, le VDA (association de l’industrie automobile allemande) prévoit que cette internationalisation de la production devrait s’accélérer : la part de la production des constructeurs allemands hors d’Allemagne devrait ainsi progresser de 3 points en 2013, à 63 % (contre 60 % en 2012). Il y a 10 ans, 45 % seulement des véhicules allemands étaient assemblés à l’étranger et cette proportion n’atteignait que 23 % en 1992.

Toutefois, la qualité des voitures allemandes restant irréprochable, cette délocalisation et la fin d’un réel « Made in Germany » ne nuit pas à l’image de marque d’Audi, BMW et consorts. D’autant plus que seuls 5 % des Européens s’intéresseraient réellement au lieu de fabrication d’un véhicule (selon un sondage Cetelem). Les constructeurs allemands misent donc désormais sur le « Développé en Allemagne » plutôt que sur le « Fabriqué en Allemagne » et soignent donc la réputation de leur ingénierie.

Cindy Lavrut