Valeo mise sur le véhicule connecté et l’automatisation de la conduite

Dans un entretien accordé à LARGUS.FR (3/4/13), Guillaume Devauchelle, directeur de la recherche et du développement de Valeo, explique que les technologies permettant de réduire la consommation à un horizon de cinq ans existent déjà. « 2020 sera une date charnière puisque les véhicules en Europe ne devront émettre que 95 g de CO2 par km, ce qui équivaut à une consommation moyenne de 4 l aux 100 km. C’est une véritable rupture par rapport à aujourd’hui », indique-t-il, ajoutant que « le véhicule connecté et l’automatisation de la conduite seront les autres grands changements à l’horizon 2025 ». « C’est ce que l’on appelle l’Intuitive Driving chez Valeo et qui est inscrit dans notre feuille de route à dix ans. La voiture était considérée comme un objet isolé, mais elle devient de plus en plus partie intégrante de la vie. Le public attend une continuité de services sur l’ensemble des usages », détaille-t-il.

M. Devauchelle estime n’y aura pas à l’avenir « un véhicule tout manuel et un autre tout automatique, mais un véhicule avec des fonctions automatisées selon les usages ». « L’automatisation de la conduite se fera par étapes. D’abord répondre au besoin d’être connecté avec l’intrusion des smartphones. Bien que cela soit interdit, les automobilistes ont besoin de téléphoner. Pour que ce soit possible, il faut déléguer un certain nombre de tâches. Valeo travaille sur les man’uvres de parking, mais on va aller au-delà. Il y a deux ans, nous avons présenté un système qui permet à la voiture de se garer à distance sans que le conducteur soit à bord. Ce sera sous peu une réalité », explique-t-il.

« Les prochaines étapes permettront de faire des man’uvres à basse vitesse. Ainsi, le véhicule pourra trouver une place au 3ème sous-sol et se garer de façon autonome. Ensuite, des séquences plus longues et plus ambitieuses seront possibles, ce que vous pourrez découvrir en première mondiale au prochain Salon de Francfort. De man’uvres à 6 km/h, nous passeront de 8 à 12 km/h et ainsi de suite », poursuit M. Devauchelle.

« Le défi n’est pas de réaliser 1 l aux 100 km mais d’obtenir une consommation raisonnée tout en préservant les prestations. Ne réduire que la consommation engendre l’émission de NOx (oxydes d’azote) et la dégradation de l’agrément de conduite. Le vrai challenge est de trouver le compromis entre l’agrément au volant, la dépollution et la baisse de la consommation. C’est d’autant plus complexe que les moteurs downsizés [dont la cylindrée a été réduite], peu puissants en régime normal, manquent de souplesse à bas régime », indique par ailleurs M. Devauchelle, soulignant que Valeo envisage des combinaisons de technologies telles que moteur downsizé et hybride ou bloc thermique et compresseur électrique.

Alexandra Frutos