Valeo, Indigo et Cisco expérimentent Cyber Valet Services

Valeo, le gestionnaire de parking Indigo et le spécialiste des télécommunications Cisco ont inauguré le 15 juin un dispositif de stationnement automatisé baptisé « Cyber Valet Services », en marge du Salon Viva Technology qui se tient à Paris.

Valeo, Cisco et Indigo font ainsi un pas de plus vers la mobilité autonome, puisque cette solution permet aux véhicules équipés de Park4U Auto ? soit plus de 12 millions dans le monde à ce jour ? de se repérer et de se rendre sur un emplacement libre, sans nécessité de conducteur. Pour ce faire, l'infrastructure d'Indigo a ajouté un réseau de bornes WiFi, des capteurs vidéo et une couche d'intelligence artificielle.

Parallèlement au développement des véhicules autonomes, les parkings seront amenés à faire leur propre mutation pour accompagner ces tendances avec l'essor de nouveaux services destinés à simplifier sans cesse le parcours client tout en apportant une forte valeur ajoutée. Ce type de dispositif ouvre la voie à la diversification même de l'utilisation des parkings.

OPnGo, le partenaire grandissant d'Indigo, a aussi été sollicité pour parfaire l'expérience des utilisateurs de Cyber Valet Services. La start-up fournit la solution de paiement automatisé par lecture de plaque. Autrement dit, lorsque la voiture est rappelée par son propriétaire, son passage à la barrière de sortie suffit à s'acquitter du montant du stationnement.

Destiné à valider le modèle technique et économique, Cyber Valet Services s'ajoute à la liste des expérimentations en cours. L'une des plus notables, cette année, avait été celle du robot-voiturier de Stanley Robotics, à l'aéroport de Roissy. Souvenons-nous : il s'agit de laisser son véhicule à l'entrée de l'aire de stationnement avant qu'un véritable robot roulant ne place des cales sous les roues pour l'emporter. Le système relié au billet d'avion prépare le retour du passager de manière automatique.

Le « POC » de Stanley Robotics et Aéroport de Paris a pris fin début juin. 250 passagers en ont profité au cours des quatre mois de test. Pour la plupart des conducteurs de SUV et véhicules familiaux, qui s'absentaient en moyenne trois jours. Mais les deux partenaires envisagent déjà la suite à donner, avec une migration vers un parking plus grand, toujours à Roissy CDG, indique Edouard Petit, directeur de la marque Stanley Robotics. « C'est intéressant car nous optimisons de 50 % le nombre de places exploitables », souligne-t-il.

Ce projet est observé de près. « Nous avons reçu des demandes du monde entier, des gestionnaires de parkings dans des lieux publics, des centres commerciaux, des résidences privées, des ports et des gares, notamment, nous ont contacté », raconte M. Petit. Mais les processus logistiques éloignés de ceux des aéroports vont nécessiter des développements. La levée de fonds de 3,6 millions d'euros bouclée il y a quelques semaines à peine servira à renforcer et internationaliser le modèle économique retenu jusqu'à présent. De fait, « le tout nouveau robot extérieur entrera en fonction sur un parking longue durée d'un aéroport européen à la fin de l'année. Nous sommes en phase de préparation », révèle M. Petit. (JOURNALAUTO.COM 15/6/17)

Alexandra Frutos