Une interdiction des motorisations à combustion menacerait 600 000 emplois en Allemagne

Selon une enquête de l’institut Ifo mandatée par le VDA (association de l’industrie automobile allemande), une interdiction des motorisations à combustion (essence et diesel) menacerait quelque 600 000 emplois en Allemagne. Les résultats de cette étude sont publiés à l'heure où les constructeurs allemands s'inquiètent des levées de boucliers contre les véhicules thermiques (diesel en particulier) suscitées par le scandale Volkswagen et par la récente enquête sur Daimler. L'étude envisage une interdiction des moteurs thermiques d'ici à 2030. L'étude estime qu'un basculement vers une mobilité électrifiée menacerait dans le détail 426 000 postes chez les constructeurs et 174 000 postes chez les équipementiers et autres fournisseurs.Cette étude arrive à un moment idéal, étant donné que le VDA est actuellement en négociations avec le gouvernement allemand pour un projet de loi sur la réduction des émissions polluantes des moteurs diesel. Les constructeurs veulent éviter une interdiction totale. Une rencontre à ce sujet est prévu le mercredi 2 août entre les représentants de l'Etat fédéral et des Länder, et les constructeurs. Le président du VDA, Matthias Wissmann, veut que tant les véhicules électrifiés que les modèles thermiques modernes, plus sobres, soient mis en avant pour atteindre les objectifs de réduction des émissions. (SPIEGEL, AUTOMOBILWOCHE 18/7/17, CHALLENGES 19/7/17)Par ailleurs, une autre étude allemande, réalisée cette fois par l'institut Innofact, montre que seuls 15 % des futurs acheteurs d'automobiles envisagent un diesel comme premier choix pour leur future voiture. De plus, 44 % veulent acheter une voiture à essence et pour 29 % des sondés, le premier choix se porte sur une voiture à énergie alternative (hybride dans 15 % des cas et électrique pour 9 % des sondés). AUTOMOBILWOCHE (19/7/17) tempère cette étude en précisant que 70 % des consommateurs qui ont été interrogés possèdent actuellement une voiture à essence. Enfin, l'étude conclut en précisant que 67 % des sondés s'inquiètent des conséquences du scandale des moteurs truqués et des éventuelles interdictions de circulation des voitures diesel en centre-ville.

Cindy Lavrut