Un « Brexit dur » menacerait jusqu'à 18 000 emplois dans l'industrie automobile allemande

Selon une étude réalisée par le cabinet de consultants Deloitte, un « Brexit dur » menacerait jusqu’à 18 000 emplois dans l’industrie automobile allemande.En effet, Deloitte estime que si le Royaume-Uni quittait à la fois l'Union Européenne, mais aussi le marché unique et l'union douanière, les prix des voitures devraient augmenter d'environ 5 600 euros par voiture. Cela entraînerait le risque d'un effondrement du marché automobile britannique, qui pourrait reculer de 20 % en 2019. Cela représenterait un manque à gagner de 12,4 milliards d'euros pour les constructeurs.Or, près d'un cinquième des exportations automobiles de l'Allemagne sont à destination du Royaume-Uni. Les grands groupes allemands (Volkswagen, Daimler et BMW) seraient impactés, ainsi que les constructeurs dotés d'usines en Allemagne, comme Ford et Opel/Vauxhall.Pour contrer l'éventuel recul du marché britannique, des équipementiers et constructeurs envisagent de produire leurs véhicules à destination du Royaume-Uni dans d'autres pays que l'Allemagne, ce qui - outre la baisse de la demande - constitue un risque majeur pour les emplois en Allemagne. (BLOOMBERG 22/6/17)

Cindy Lavrut