Toyota fixe le prix de ses nouvelles actions, pour un montant total de 3,6 milliards d'euros

Toyota a dévoilé les modalités d'émission d'un nouveau type d'actions destinées à des investisseurs de long terme, pour un montant total de 499 milliards de yens (3,6 milliards d'euros).

Il proposera à partir de ce vendredi, hors marché et uniquement au Japon, 47,1 millions de ces titres baptisés "AA", du nom du premier modèle de voiture Toyota, au prix unitaire de 10 598 yens (77,46 euros), soit quasiment 30 % plus cher que le cours de clôture de jeudi. Cette opération, qui vise d'abord les particuliers japonais, prendra fin le 22 juillet.

Assorties d'un droit de vote et de dividendes, les actions ne pourront pas être cédées avant une échéance de cinq ans et sous des conditions prédéfinies, soit en les revendant à Toyota au prix d'émission, soit en les convertissant en actions ordinaires.

Le constructeur souhaite ainsi attirer "de nouveaux actionnaires à même de le soutenir dans une perspective de moyen à long terme", en phase avec ses "investissements en recherche et développement". Cette initiative, qui privilégie les petits porteurs japonais, s'est heurtée à l'opposition des fonds étrangers et des investisseurs institutionnels. Mais elle a finalement été approuvée à 75 % lors de l'assemblée générale mi-juin.

"La plupart des particuliers japonais n'investissent pas en Bourse. Ils se contentent d'épargner, et cette forme d'actions peut constituer un placement judicieux", avait alors plaidé le patron de Toyota, Akio Toyoda. Selon lui, "Toyota élargit ainsi le marché", en incitant des particuliers à investir, alors qu'ils sont habituellement réticents à s'engager de peur de ne pas savoir acheter et vendre à bon escient.

Parallèlement, Toyota s'est octroyé le droit de débloquer jusqu'à 600 milliards de yens (4,4 milliards d'euros) pour racheter sur le marché des actions ordinaires dans la limite du nombre de titres nouvellement émis, une démarche qui permettra de limiter la dilution de la part des actionnaires actuels. (AFP 2/7/15)

Juliette Rodrigues