Toyota estime qu'être numéro Un mondial ne doit pas être une "obsession"

Le PDG de Toyota, Akio Toyoda, a souligné qu'il importait de "ne pas être obsédé par l'envie d'être à tout prix numéro un mondial des ventes". Le dirigeant, qui s'exprimait en marge du salon de Tokyo, a refusé de commenter directement les déboires de Volkswagen, mais il a insisté sur le devoir de qualité devant la quantité.

"Toyota n'est pas indifférent au volume, nous avons un objectif clair de faire croître le volume mais plutôt que d'être le plus important constructeur, je veux que notre compagnie soit considérée dans le monde comme la meilleure", a expliqué M. Toyoda, rappelant la série de rappels connue par son propre groupe en 2009-2010 pour des soucis d'accélération inopinée, responsables de plusieurs accidents mortels. "Toyota a eu des problèmes de qualité par le passé, et à cause de ces problèmes, nous avons été capables de nous réorganiser. A cet égard, nous sommes déterminés à ne pas répéter les mêmes erreurs", a-t-il indiqué.

Le nouveau patron de Volkswagen, Matthias Müller, a réaffirmé mercredi la stratégie 2018 mise en place par son prédécesseur pour monter sur la première place du podium, actuellement occupée par Toyota.

Akio Toyoda a par ailleurs estimé que "le récent scandale ne devrait pas conduire à bannir totalement l'utilisation des véhicules diesel", en particulier pour les camions. "Les mauvais agissements d'une compagnie ne doivent pas compromettre les efforts que les autres constructeurs ont mis en oeuvre sur les questions environnementales", a-t-il déclaré. (AFP 30/10/15)

Juliette Rodrigues