Tendances au Salon de Shanghaï 2013 2/2

En quelques chiffres, le Salon automobile de Shanghaï, qui s’est déroulé du 21 au 29 avril, c’est plus de 2 000 exposants de 20 pays différents sur 280 000 m² (19 halls), près de 1 300 modèles exposés, dont 111 premières mondiales, 69 concepts et 91 véhicules verts. Le Salon de Shanghaï est le premier salon chinois, avec plus de 800 000 visiteurs attendus. Parmi les groupes les plus représentés, SAIC devait exposer au total (avec l’ensemble de ses marques et filiales) 100 modèles, et General Motors plus de 50.

Le nombre de premières mondiales a reflété l’importance de la Chine pour la filière automobile mondiale. Les véhicules exposés ont également souligné à quel point les goûts des consommateurs chinois avaient évolué. En effet, le nombre de véhicules verts (à l’instar de la Porsche Panamera hybride rechargeable) montre que les Chinois commencent à s’intéresser à la question de l’environnement, bien que ces véhicules ne représentent pour l’instant que 0,1 % du marché chinois.

Parmi les autres tendances, on retrouve toujours le goût des Chinois pour les modèles rallongés (avec par exemple la Geely KC Concept). De plus, bien que la copie ne soit plus « un sport national », elle reste bien présente au Salon de Shanghaï, avec ? entre autres ? la Zotye T600 (Volkswagen Touareg) ou encore la Beijing Auto B40 (Jeep Wrangler).

La présence d’innovations technologiques reflète également la volonté des automobilistes chinois de disposer de véhicules dignes des normes européennes ou américaines. Plusieurs systèmes d’assistance à la conduite ont ainsi été présentés (aide au stationnement, détecteur d’angles morts, alerte de franchissement de ligne blanche, etc).

Les véritables stars de ce salon ont été les véhicules de loisir. Les ventes de ce type de modèles ont en effet augmenté de 44 % au premier trimestre, alors que le marché total n’a progressé que de 17,2 %. Citroën y a notamment dévoilé le concept DS Wild Rubis, Volkswagen le CrossBlue Coupé, Mercedes le GLA, BMW le X4 et Great Wall le H7. Même BYD, pourtant spécialisé dans les véhicules électriques, a présenté un véhicule de loisir, le S7. Les véhicules de loisir et plus généralement les voitures de grosses cylindrées restent particulièrement appréciés en Chine, où ils sont un symbole de statut social.

Par ailleurs, le segment du haut de gamme a été particulièrement bien représenté. En effet, le marché chinois est crucial pour les constructeurs de haut de gamme. En 2002, la Chine était au 14ème rang en termes de ventes de véhicules de haut de gamme ; en 2012, elle est passée au 2ème rang (derrière les Etats-Unis, mais devant l’Allemagne) et elle devrait prendre la première place d’ici à 2020. L’importance du segment du haut de gamme favorise les constructeurs étrangers, et tire vers le haut les constructeurs chinois qui commencent à élargir leur gamme en ce sens. Or, cette tendance réduit l’écart de prix entre modèles chinois et modèles étrangers, sans toutefois nuire aux constructeurs étrangers qui bénéficient d’une meilleure image de marque, même avec les modèles abordables (proposés par exemple par General Motors et Nissan).

L’autre tendance clé du Salon de Shanghaï a été la présence des marques locales nées des coentreprises entre constructeurs chinois et étrangers. Nissan et Dongfeng ont ainsi présenté des modèles de leur marque Venucia. Honda a pour sa part dévoilé deux marques, l’une avec GAC (Everus) et l’autre avec Dongfeng (Climo). SAIC, GM et Wuling ont exposé des modèles de leur marque Baojun (fondée en 2011). BMW et Brilliance ont présenté la marque Zinoro, tandis que Daimler et BYD ont exposé le premier véhicule de leur marque Denza. Avec ces marques chinoises, les constructeurs locaux espèrent rivaliser en partie avec les constructeurs étrangers, et tablent sur une montée en gamme de leurs modèles.

Cindy Lavrut