Takata fait face à trois recours en nom collectif pour un montant total de 1,7 milliard d'euros

L'équipementier japonais Takata fait face à trois recours en nom collectif au Canada pour un montant total de 2,4 milliards de dollars canadiens (1,7 milliard d'euros), a indiqué un cabinet d'avocats. Le groupe est frappé depuis plusieurs mois par un scandale d'airbags défectueux qui a conduit au rappel de plus de 20 millions de véhicules dans le monde. Les coussins de sécurité défaillants, produits dans les années 2000, peuvent exploser et projeter des fragments de métal et plastique sur les passagers.

"Ils fabriquent des produits qui sont comme des grenades qui explosent. Ces équipements sont supposés garantir la sécurité mais ils présentent en fait un danger", a déclaré Tony Merchant du cabinet Merchant Law Group. Trois cabinets d'avocats ont déposé des recours en nom collectif portant sur 400 .000 véhicules et pour un montant de 2,4 milliards de dollars canadiens.

Si ces recours sont retenus par la justice canadienne dans les prochains mois, ils pourraient être fusionnés en une seule procédure, a estimé Tony Merchant. Les plaintes portent principalement sur des véhicules de Honda (13 millions de véhicules rappelés dans le monde) mais aussi sur des Nissan, Subaru, Ford, Chrysler ou BMW.

Des recours en nom collectif ont également été déposés aux Etats-Unis ces derniers mois. (AFP 27/3/15)

Juliette Rodrigues