Takata, dont les airbags défectueux ont provoqué des ...

Takata, dont les airbags défectueux ont provoqué des millions de rappels de véhicules dans le monde, a catégoriquement démenti avoir effectué des tests secrets sur les gonfleurs en 2004, contrairement à des informations publiées dans la presse. Le groupe a de la même façon réfuté avoir dissimulé des résultats compromettants, comme l’affirmait le New York Times dans un article du 6 novembre. "Nous avons effectivement effectué des tests d’urgence sur des airbags en 2004. Toutefois il ne s’agissait pas d’examiner les gonfleurs d’airbags, mais une autre pièce sans aucun rapport", assure Takata dans un communiqué. (AFP)

Juliette Rodrigues