Suzuki et Fiat Chrysler suspectés d'avoir utilisé des logiciels truqueurs

Les autorités néerlandaises ont informé le parquet du possible usage par Suzuki et Fiat Chrysler d'un logiciel minimisant le niveau réel des émissions de gaz nocifs lors des contrôles de pollution.L'Office national pour la circulation routière (RDW) a fait part de ces conclusions dans son second rapport depuis le scandale du "Dieselgate" qui a éclaté voici près de deux ans. Selon le rapport du RDW, le Vitara de Suzuki et le Grand Cherokee de Jeep "ont des émissions d'oxyde d'azote (NOx) plus élevées que ce qui pourrait être justifié".L'office avait dévoilé en septembre les résultats de tests sur 16 types de véhicules dont les systèmes de contrôle d'émissions avaient montré de possibles anomalies. De nouveaux tests ont permis de conclure que sur 14 voitures, "le fonctionnement réduit du système de contrôle d'émissions était autorisé pour protéger le moteur". Mais, pour les deux véhicules restants, le Vitara et le Grand Cherokee, "il n'est pas plausible que le fonctionnement réduit du système de contrôle des émissions soit nécessaire pour protéger le moteur" et une enquête supplémentaire est effectuée.En mai, les autorités américaines ont lancé des poursuites judiciaires contre Fiat Chrysler, accusé également d'avoir eu recours à des logiciels truqueurs installés sur 104 000 véhicules Jeep et Ram 1500. (AFP 10/7/17)

Juliette Rodrigues