Seat vise un retour aux bénéfices "dès que possible"

Seat, dont les résultats sont dans le rouge depuis plusieurs années, vise un retour aux bénéfices "dès que possible", a indiqué mardi son président Jürgen Stackmann, sans toutefois donner d'échéance précise.

En 2013, la perte après impôts de Seat s'est élevée à 149 millions d'euros. Le constructeur, longtemps considéré comme le maillon faible du groupe Volkswagen, veut travailler sur son image pour renouer avec la rentabilité et devenir "une entreprise rentable dans les années à venir", indique M. Stackmann.

Seat table notamment sur la nouvelle version de son modèle León, "qui doit changer l'image de la marque", et sur le lancement, prévu en 2016, de son premier SUV, qui doit permettre des revenus plus élevés dans son segment européen central, et dont le lieu de construction n'est pas encore déterminé. Jürgen Stackmann estime que "Seat souffre d'une image qui n'est pas complètement harmonisée" dans les différents pays d'Europe.

Sur les quatre premiers mois de l'année, les ventes de Seat en volume ont crû de 8,7 % au niveau mondial, et 12,7 % en Europe. En 2013, les ventes avaient totalisé 355 000 unités, en hausse de 11 %.

L'abandon par l'américain General Motors de sa marque Chevrolet en Europe "peut créer des opportunités pour nous", a souligné Jürgen Stackmann.

Par ailleurs, Seat, qui teste le marché chinois depuis trois ans avec des véhicules importés, estime qu'il y a un marché pour la marque, mais évalue actuellement une éventuelle production locale. (AFP 6/5/14)

Juliette Rodrigues