S. Marchionne déçu des résultats de la Scuderia

Sergio Marchionne, administrateur délégué de Fiat, a déclaré que le président de Ferrari, Luca di Montezemolo, n'était pas "indispensable", en dénonçant les résultats décevants de la Scuderia ces dernières années, rapporte lundi la presse italienne. Un changement à la tête de Ferrari n'est "pas à l'ordre du jour", mais "personne n'est indispensable", a indiqué M. Marchionne.

"Les résultats économiques de M. Di Montezemolo sont très bons mais dans le cas de Ferrari, un dirigeant doit aussi être évalué sur les résultats sportifs", a-t-il expliqué. "Cela fait six ans que nous ne gagnons plus. Nous avons les meilleurs pilotes du monde, nous ne pouvons pas nous permettre de partir de la 4ème et de la 6ème lignes", a-t-il insisté.

Au Grand Prix d'Italie dimanche à Monza, Ferrari a vécu une journée noire devant son public. Partis en 4ème et 6ème lignes, Fernando Alonso a dû abandonner à mi-course en raison d'un problème électrique et Kimi Räikkönen s'est battu tout l'après-midi pour arracher une décevante 9ème place.

Agé de 67 ans, M. Di Montezemolo est aux commandes de Ferrari depuis 23 ans. La presse italienne estime qu'il devrait prochainement quitter la présidence de Ferrari (filiale à 90% de Fiat). La rupture pourrait être officialisée dès jeudi, lors de la publication des résultats semestriels de Ferrari. Au-delà de la polémique sur ses résultats sportifs décevants, ce sont surtout des divergences stratégiques sur l’autonomie de gestion de Ferrari au sein du futur groupe Fiat Chrysler Automobiles (FCA) qui semblent à l’origine de la rupture, à six semaines de la cotation du nouveau groupe à Wall Street(AFP, AUTOMOTIVE NEWS 8/9/14, ECHOS 9/9/14)

Juliette Rodrigues