Renault veut rester numéro un sur le marché des flottes automobiles

Dans un entretien accordé à L’EXPRESS (23/10/13), Benoît Alleaume, directeur des ventes spéciales et de Renault Parc Entreprise, explique que le marché français des flottes reste plus solide que le marché automobile dans son ensemble, car les entreprises ont besoin de l’automobile comme d’un outil de travail, et qu’on est dans une phase de renouvellement des parcs, « à la suite de l’allongement des durées de détention des voitures après 2008, sous l’effet de la crise ». « Cela donne un potentiel de marché assez fort. Je pense que cela devrait se poursuivre en 2014 : les ventes devraient se maintenir comme cette année, voire être un peu meilleures », indique-t-il.

Dans les flottes, tous véhicules confondus hors location de courte durée, la part de marché de Renault était de 30,8 % à fin septembre (156 000 véhicules vendus en France depuis le début de l’année, contre 163 000 sur l’ensemble de 2012). Au niveau des voitures particulières, cette part de marché s’élevait à 25,8 %, en hausse de 2,1 point, et dans les utilitaires, elle était de 32 %. « Notre premier poursuivant sur les utilitaires totalise autour de 18 % de part de marché. Les ventes flottes représentent 40 % des ventes de Renault en France. C’est une part qui progresse, car ce marché est plus robuste et résiste mieux que celui des ménages. Il constitue un socle solide pour l’entreprise », explique M. Alleaume. « Notre position de numéro un fait de nous la cible principale des attaques. Elle nous pousse aussi à innover en permanence pour rester leader », ajoute-t-il.

Alexandra Frutos