Renault va produire 100 000 utilitaires pour Fiat dans son usine de Sandouville

Renault va produire 100 000 utilitaires pour Fiat dans son usine de Sandouville, a annoncé le 30 septembre le président de la marque au Losange, Carlos Ghosn, lors d'une conférence de presse organisée sur le site industriel de Seine-Maritime. Ces véhicules, dont la production démarrera en 2016, seront basés sur le Renault Trafic ; les 100 000 unités s'entendent en cumulé sur la « durée de vie » du modèle, a précisé M. Ghosn.

« Ce que vous êtes en train de montrer à la France, c'est qu'il n'y a pas de fatalité », a souligné le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, après avoir inauguré avec M. Ghosn la ligne de montage du Trafic restylé. « Il n'y a plus de préoccupation sur l'avenir du site [de] Sandouville », s’est pour sa part félicité M. Ghosn, en évoquant une activité assurée sur « cinq à dix ans » pour Sandouville, qui devrait produire un « minimum de 80 000 voitures par an » à terme. L'usine est destinée à devenir l'épicentre de la production des utilitaires de Renault, a expliqué le dirigeant. Avec sa spécialisation VUL, son avenir est assuré pour 10 ans compte tenu du cycle plus long que sur le VP, a-t-il souligné. « L’emploi actuel est préservé et pourrait augmenter », a-t-il encore déclaré.

M. Ghosn a également confirmé officiellement que l’accord avec Fiat annoncé en juillet portait sur la fabrication du Fiat Scudo dans l’usine de Sandouville à partir du deuxième trimestre de 2016. Cet accord, qui court jusqu’en 2022, « porte sur un volume cumulé de 100 000 véhicules sur sa durée de vie », a-t-il précisé. Ce véhicule était précédemment produit dans le cadre d’un accord avec PSA dans l’usine de Sevelnord. Ces 100 000 unités pour Fiat (qui rejoignent le volume de production annuel attendu du site) sont l’engagement contractuel pour les 7 années de l’accord (2016 à 2022) et représentent un volume annuel de 15 000 à 25 000 unités.

Marque leader en Europe dans les VUL pour la seizième année consécutive, Renault peut espérer que les volumes du Trafic atteignent rapidement les 80 000 unités annuelles si la reprise se confirme. Ce qui, avec les volumes de ces partenaires, rend crédible l'objectif de 100 000 unités par an. L’an dernier, le Trafic s’est vendu à 61 000 exemplaires. « 80 000 unités est un objectif raisonnable. Nous sommes sûrs de ce chiffre, surtout avec l’annonce d’aujourd’hui », a indiqué Carlos Ghosn. Le président de Renault a précisé que la capacité de l’usine était de 50 000 voitures par équipe et que la production pouvait aller jusqu’à 150 000 unités avec trois équipes.

Interrogé sur l’éventuel transfert à Sandouville de l’utilitaire Nissan encore assemblé à Barcelone, M. Ghosn a botté en touche. « La décision d’affectation n’est pas prise par le patron, mais par les organisations sur la base d’un dossier qui passe en comité exécutif et est validé par le patron de l’entreprise », a-t-il indiqué, ajoutant que son statut de président de Renault et de Nissan l’obligeait à « une très grande prudence ». (AFP 30/9/14, AUTOACTU.COM, ECHOS, FIGARO 1/10/14)

Alexandra Frutos