Renault se montre confiant dans l’atteinte de ses objectifs, notamment grâce à l’accueil réservé à l’Espace et au Kadjar

« S’il n’y a pas de catastrophe, le deuxième semestre doit nous permettre de confirmer nos objectifs », a déclaré Jérôme Stoll, directeur délégué à la performance et directeur commercial du groupe Renault. Les objectifs en question consistent notamment à atteindre 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, soit presque 10 milliards de mieux en 3 ans (41 milliards d’euros en 2014). Même si une partie de cette croissance se fera par le développement des ventes aux partenaires (moteurs notamment), et l'augmentation du chiffre d’affaires unitaire, le groupe devra également réaliser plus de volumes. Sur le premier semestre, la hausse des volumes n’a été que de 9 000 unités (avec un total de 1 375 863 véhicules vendus). Cette relative stabilité globale ne rend pas compte de la nette progression des ventes du groupe en Europe (72 000 voitures de plus, avec 849 000 véhicules vendus au premier semestre), car les principales difficultés sont venues de Russie (où Renault a perdu 40 000 voitures, à 57 116 unités écoulées au premier semestre, sur un marché en chute de 36 %) et du Brésil (où le groupe a perdu 14 000 voitures, à 89 500 unités, sur un marché semestriel en baisse de 20 %). « Nous avons subi les aléas de la macro économie internationale », a souligné M. Stoll.

Si la part de l’Europe progresse mécaniquement dans les ventes du groupe (à 62 %, contre 57 % au 1er semestre de 2014), « ce n’est pas parce que Renault se replie sur ses bases européennes », a indiqué le dirigeant, mais grâce à « la pertinence de la stratégie du groupe », qui peut profiter de la croissance de certains marchés pour compenser les pertes sur d’autres.

Pour tenir ses objectifs de croissance de chiffre d’affaires, le groupe Renault vise une augmentation de ses volumes sur toutes les régions au second semestre. « D’ici à la fin de l’année, nous espérons une croissance des pays émergents dans leur ensemble », a déclaré M. Stoll. L’Inde notamment devrait monter en puissance avec le lancement du Lodgy et de la Kwid au mois d’octobre.

Le marché européen, après avoir enregistré une croissance de 8 % (+ 9,3 % pour la marque Renault), devrait rester sur une tendance similaire. « Nous restons sur une prévision de + 5 % en Europe avec outlook positif et nous pensons que le marché européen sera supérieur à cela », a précisé le dirigeant. « En ce qui nous concerne, le contexte commercial nous est favorable en Europe avec un portefeuille au plus haut, qui représente plus de 2 mois de ventes, ce que nous n’avions pas connu depuis 18 mois. Nous bénéficions des lancements qui nous donnent confiance », a-t-il ajouté. L’Espace, lancé commercialement mi-février pour des premières livraisons en avril, a enregistré 14 000 commandes, ce qui est « très nettement au-dessus de notre plan de marche », a encore souligné M. Stoll. Avec une production de 170 véhicules/jour, l’usine de Douai (qui fabrique également les Mégane et Scénic et qui démarre la production de la Talisman) tourne à pleine capacité sur ce modèle. « Nous avons des délais sur Espace qui sont relativement longs avec une livraison au mieux en novembre pour une commande aujourd’hui », a indiqué M. Stoll. Renault annonce également une part importante de finitions de haut de gamme, plus de 40 % des commandes portant sur la déclinaison Initiale.

Lancé en juin, le Kadjar démarre « en ligne avec son plan de marche », avec 14 000 commandes sur les trois premières semaines, a en outre annoncé Jérôme Stoll. Alors que le Captur (+ 26 % au premier semestre) et la Clio IV (+ 10 %, 2ème véhicule le plus vendu en Europe) sont au niveau attendu, les choses sont moins faciles pour la Twingo. « Twingo est un véhicule en rupture avec le précédent, qui se vendait sur le prix et que nous voulons vendre sur la valeur. Je pense que c’est un véhicule sur lequel il faut être patient et qui a encore du potentiel pour s’installer avec ses valeurs. Nous avons réduit la production pour ne pas être dans une logique push », a-t-il précisé. (AUTOACTU.COM 10/7/15)

Alexandra Frutos