Renault récolte les fruits de sa stratégie d’« indianisation » de ses véhicules en Inde

Deux ans après son retour en Inde, Renault bénéficie d'une spectaculaire hausse de ses ventes sur un marché indien pourtant en perte de vitesse (immatriculations en baisse de 10,4 % en avril, à 150 789 unités), grâce à une « indianisation » de ses véhicules et à la construction d’une solide image de marque. Alors qu’il n’avait écoulé que 1 500 véhicules en 2011, il a atteint 35 000 unités en 2012 et il espère dépasser les 80 000 cette année. Au mois de mai, ses ventes ont été multipliées par 13, à 6 013 unités (contre 408 un an plus tôt), largement tirées par le succès du Duster (5 146 unités écoulées en mai), mais aussi de la berline Scala (670 unités). Les ventes de la Pulse ont totalisé 410 unités et celles de la Fluence, 71 unités.

Entre la date de son retour en Inde, mi-2011, et fin 2012, Renault a commercialisé cinq modèles dans le pays : la Fluence et la Koleos, deux véhicules visant à asseoir une image de haut de gamme, puis la Pulse, la Scala et le Duster, qui reçoit un accueil particulièrement chaleureux auprès de la classe moyenne. Le Duster, qui a reçu 18 récompenses en Inde depuis son lancement en juillet dernier, dont le très convoité titre « Voiture de l'année 2013 », a en particulier été adapté pour satisfaire aux critères de confort locaux. Dans les modèles Renault vendus en Inde, l'inclinaison des sièges est différente ; un bloc de climatisation, un chargeur pour téléphones et des lampes de lecture ont notamment été ajoutées à l'arrière.

Avec le Brésil et la Russie, l'Inde est le troisième pilier de la stratégie internationale de Renault. Pour conquérir des clients réputés exigeants dans un secteur très concurrentiel, la marque au losange emploie un conseiller technique dans chaque concession, dont certains formés en France, et offre une assistance 24 heures sur 24 dans tout le pays, dont les infrastructures sont notoirement médiocres. « On visait 70 concessions fin 2013, un chiffre que tous nos concurrents ont mis cinq ans à atteindre, et on est allé beaucoup plus vite: on avait déjà atteint le seuil de 100 fin 2012 », se félicite Marc Nassif, directeur général de Renault India.

Renault, qui dispose d’une usine de production à Chennai, vise cette année une part de marché de 3 % dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants où seuls 12 personnes sur 1 000 possèdent une voiture, contre une proportion de 500 pour 1 000 aux Etats-Unis, selon la Siam (Fédération indienne des constructeurs d’automobiles).

Alexandra Frutos