Renault poursuit ses recherches pour développer un petit moteur diesel à deux temps

Renault, associé à 18 partenaires industriels et scientifiques, est arrivé au terme du projet de recherche Powerful, financé en partie par la Commission européenne, visant à créer un petit moteur diesel à deux temps. Economique à l’achat comme à l’usage, il aurait vocation à équiper un petit véhicule pour les pays émergents.
Ce moteur bicylindre turbo diesel de 730 cm3 pour 50 kW de puissance a été développé et testé sur une Twingo. Le véhicule roule, explique Mark Abramczuck, ingénieur Renault qui a travaillé sur le projet. « Toutefois, nous ne sommes pas encore à l’objectif de réduction de consommation de 15 % par rapport à notre 4 cylindres de 1,5 l et nous sommes confrontés à des problèmes de fiabilité, notamment sur le compresseur mécanique », souligne-t-il. « Ce n’est encore qu’une étude exploratoire à ce stade », confirme le constructeur.

Le projet collaboratif est arrêté, mais une partie de l’équipe Renault qui y a participé va continuer à approfondir les recherches. « Le travail réalisé nous a permis de bien avancer, notamment sur des problématiques de frottement. Nous avons ainsi pu développer un piston spécifique en acier recouvert de carbone dur (DLC) qui, associé à une huile à faible viscosité (0-20W), obtient de très bons résultats », indique-t-on chez le constructeur.

Renault a décidé de travailler sur le diesel deux temps car « son rendement est de près de 50 %, quand les diesel à quatre temps atteignent à peine 35 % ». Utilisé sur les grands navires, il peut désormais être miniaturisé pour l’automobile, grâce à l’évolution des technologies de contrôle moteur pour assurer le balayage, la mise au point de la combustion et la gestion du compresseur mécanique et du turbo.

A la différence d’un moteur à deux temps de moto, le moteur Renault ne comporte pas de carter pompe et ne fonctionne pas avec un mélange d’huile et de carburant. « Le balayage se fait directement dans la chambre de combustion », explique M. Abramczuck. « Un compresseur mécanique alimente en air le moteur à bas régime, puis un turbo prend le relais sur les régimes plus importants », ajoute-t-il.
Pesant environ 100 kg, ce moteur diesel à deux temps est moins lourd de 40 kg qu’un 4 cylindres 1,5 l. Il comporte moins de composants, ce qui le rend moins cher à fabriquer et plus facile à entretenir. Pour répondre aux normes Euro-6, il serait en outre doté d’un système de post-traitement plus simple et moins coûteux (moins de métaux précieux) grâce à sa mise en température optimale très rapide. Son bruit est proche de celui d’un moteur à essence et ses vibrations sont limitées grâce à un équilibrage de l’arbre à came et du vilebrequin. (AUTOACTU.COM 15/12/14)

Alexandra Frutos