Renault mise sur l’Open Innovation avec les startups (2/2)

Renault est par ailleurs présent dans plusieurs grands incubateurs comme le Numa et Paris & Co, où il pilote des projets avec les startups incubées. Ainsi, depuis 2012, le constructeur soutient l’incubateur « Mobilité Connectée », basé sur l’expertise de Paris&Co et la force de frappe du grand groupe. Chaque année, cinq entreprises sont sélectionnées. La première promotion a par exemple déployé ses projets sur le dispositif R-Link de Renault, une tablette numérique format GPS installée depuis dans les habitacles des Zoé et Clio.

Enfin, depuis janvier 2015, Renault est devenu partenaire de Partech Ventures, où l’industriel a investi dans deux fonds spécialisés dans la web tech. L’un des fonds concerne des investissements dans des startups innovantes, déjà matures et qui dégagent déjà du chiffre d’affaires. L’autre fonds concerne des investissements sur des startups seed. Les startups viennent de toute l’Europe ou des Etats-Unis. « Le monde des startups est un laboratoire très large des tendances du marché, nous y trouvons des opportunités de réflexion à conduire dans notre contexte Renault, et ce pour tous les métiers. Ça nous offre une grande capacité de capter des contacts pertinents », souligne Mme Alibert-Fregeac.

Avec les startups sélectionnées, le constructeur engage des relations Clients/Fournisseurs ou des partenariats de co-innovation. En travaillant avec ces startups, ses objectifs sont de trouver des solutions innovantes qui vont lui permettre, soit d’en faire un avantage business concurrentiel, soit de réduire ses coûts ou ses délais sur des projets stratégiques. La suite pour Renault consistera à se structurer et à se professionnaliser pour mieux travailler avec les startups et également renforcer sa capacité à transformer ses contacts pertinents en expériences business concrètes, explique Maddyness.Com.

Alexandra Frutos