Renault et le CNRS élargissent leur coopération

Renault et le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) ont signé un nouvel accord-cadre permettant de prolonger de quatre ans leur collaboration et de l’étendre à de nouveaux domaines de recherche, parmi lesquels « les neurosciences, l’ergonomie, les nouveaux matériaux ou encore la catalyse ».

Renault cite également « la réalité virtuelle », un domaine qui a déjà fait l’objet en 2005 de la création d’une unité de recherche commune baptisée Laboratoire de perception et contrôle du mouvement en environnement virtuel (LPCMV). L’objectif des chercheurs était alors de comprendre les liens qu’un individu établit avec l’espace qui l’entoure lorsqu’il est en situation de conduite.

La collaboration entre Renault et le CNRS, entamée en 1993, porte notamment sur les questions liées à la combustion, à la fatigue des matériaux, la thermique ou l’aéroacoustique. « Près d’une centaine de laboratoires CNRS répartis sur tout le territoire (Lyon, Lille, Montpellier, Clermont, Rouen, Paris, Orléans, Bordeaux, Poitiers, Grenoble, Rennes, Strasbourg) mènent des recherches en partenariat avec Renault », précise le constructeur.

Renault et le CNRS mènent par ailleurs des travaux de recherche sur l’avenir des transports de personnes et la mobilité électrique, pour partie dans le cadre de « l’Institut de la Mobilité Durable » fondé en 2009 par Renault et Paris Tech. Ce partenariat « contribuera à faire émerger dans la société de nouvelles solutions de mobilité durable », assure le constructeur. (AUTOACTU.COM 24/5/13)

Alexandra Frutos