Renault et Bolloré concrétisent leur alliance industrielle

Renault et Bolloré ont concrétisé leur alliance industrielle le 9 septembre en annonçant l'assemblage prochain du véhicule d'autopartage BlueCar du groupe breton par le constructeur d’automobiles dans son usine de Dieppe (Seine-Maritime). L’assemblage s'effectuera « à compter du second semestre 2015 », a expliqué le président de Renault Carlos Ghosn. M. Ghosn a estimé que ce montage entraînerait chez son partenaire une « réduction significative de ses coûts » de production.

De son côté, Vincent Bolloré a exprimé sa « grande satisfaction » d'être parvenu à une telle alliance, qui permettra à son groupe de se « développer encore plus vite » et de donner à cette activité de Bolloré une « respectabilité » et un « poids industriel » renforcés.

Pour l'usine Renault de Dieppe, « c'est une reconnaissance de son savoir-faire et un gage d'avenir pour l'ensemble de ses salariés », s'est félicité M. Ghosn. De taille modeste (300 salariés), l’unité de Dieppe assemble actuellement des modèles de petite série, tels que la version vitaminée « RS » de la Clio. Elle doit aussi fabriquer le nouveau modèle Alpine. « C'est une bonne nouvelle pour les 300 salariés du site dieppois, mais aussi pour tous les emplois indirects associés », a de son côté souligné Nicolas Mayer-Rossignol, président de la région Haute-Normandie.

Après Indianapolis (Etats-Unis) cet hiver, M. Bolloré a rappelé l'arrivée d'Autolib' à Londres en 2015. Il espère parvenir à implanter ensuite ce service à Singapour.

Outre cet accord industriel, application d'un partenariat noué en 2013 entre les deux entreprises, MM. Ghosn et Bolloré ont annoncé qu'ils formaient une société commune (70 % pour Bolloré, 30 % pour le Renault) afin de développer des solutions d'autopartage sur le modèle d'Autolib'. L'objectif est de conquérir de nouveaux marchés « en France et en Europe », a déclaré M. Ghosn. Des Renault électriques (Twizy, Zoé) côtoieront aussi des BlueCar, en particulier dans les réseaux d'autopartage de Lyon et Bordeaux.

Le président de Renault a précisé que son entreprise allait s'atteler à la conception et à l'industrialisation d'une voiture électrique à trois places pour Bolloré, dont l'incursion dans l'automobile, de l'aveu même de son dirigeant, sert surtout de vitrine à sa maîtrise de la technologie des batteries.

Les deux dirigeants n'ont pas souhaité révéler les détails financiers de ces accords. « La mise initiale est relativement faible », a simplement commenté M. Ghosn.

Bolloré table sur une production de 1 500 BlueCar en 2014. L'alliance avec Renault devrait permettre de faire monter ce chiffre à environ 2 500 unités en 2015, estime M. Bolloré.

Le contrat de Bolloré avec Pininfarina arrive à échéance fin 2016, mais le chef d'entreprise breton s'est voulu rassurant quant à la poursuite de ce partenariat, puisque le site italien a vocation à assembler la future « Bluesummer », une voiture d'été (ou véhicule de plein air), ainsi que d'autres modèles à venir. (AFP 9/9/14)

Alexandra Frutos