Renault continue de croire au marché russe malgré la crise ukrainienne

En dépit des difficultés actuelles ((les ventes du groupe ont reculé de 13 % au mois de juin), Renault reste confiant dans le potentiel de croissance du marché russe à long terme.

"Les fluctuations du début d'année étaient normales. En mai, cela a empiré. En juin, il y a eu un net décrochage. C'est un avertissement sérieux", reconnaît Bruno Ancelin, directeur de la filiale du groupe à Moscou. "Il y a une crise de confiance générale. Le secteur automobile en paie les conséquences", ajoute-t-il.

Toutefois, Renault mise sur ses nouveaux modèles, produits localement, pour relancer ses ventes. Il vient de lancer sa Logan 2 et a commencé à produire un autre modèle dont l'identité sera révélée fin août. Cette intégration locale traduit la confiance de l'Alliance Renault-Nissan dans l'avenir du marché russe. "La hausse des ventes sur le long terme est inévitable. Lorsque 50 % du parc automobile a plus de dix ans et que le taux de motorisation est inférieur de moitié à celui de l'Europe, cela ne peut qu'augmenter. Au delà des accidents de parcours, comme aujourd'hui", estime M. Ancelin. (ECHOS 22/7/14)

Juliette Rodrigues