Renault a signé un protocole d’accord avec Dongfeng pour produire des voitures en Chine

Renault a signé un protocole d’accord avec Dongfeng pour produire des voitures en Chine. L'annonce a été faite le 23 avril par Katsumi Nakamura, directeur de Renault pour la Chine, lors du Salon de Pékin. Cet accord doit encore être validé par les autorités chinoises.

Les deux constructeurs discutent à présent des détails de l'implantation future de Renault et du type de véhicules qui pourront être produits, a indiqué M. Nakamura. Concernant les véhicules qui seront produits avec Dongfeng, il est certain que Renault fera des véhicules électriques, comme l'avait déjà indiqué Carlos Ghosn, a-t-il assuré.

Renault a également présenté du Salon de Pékin la berline haut de gamme Talisman, basée sur la Renault Samsung SM7, qui sera fabriquée en Corée et qui sera exportée vers la Chine à partir de la mi-juin. « Le lancement du modèle phare de Renault en Chine, Talisman, souligne l'importance que Renault attache au marché chinois et notre confiance dans la croissance sur ce marché », a commenté Carlos Ghosn, président du groupe.

Malgré les volumes « modestes » qu'il réalise sur le marché chinois (il n'a écoulé que 24 000 tout terrain Koleos importés à travers un réseau de 80 points de vente l’an dernier), Renault compte accélérer ses ventes dans les prochaines années avec l'expansion du réseau et les préparatifs d'un projet à long terme. « Le lancement de Talisman contribuera à l'accélération de Renault en Chine, où le réseau de distribution passera de 80 concessions en 2011 à 170 en 2014 », précise le groupe. Les ventes de Renault devraient atteindre 37 000 unités cette année.

Renault projette de démarrer la production de véhicules en Chine entre 2014 et 2016. Le choix du partenariat avec Dongfeng est logique dans la mesure où le constructeur chinois collabore depuis 2003 avec Nissan au sein d'une coentreprise qui compte trois usines à Canton, Zhengzhou et Xiangyang.

M. Nakamura n'a pas exclu que Renault s'implante dans la ville centrale de Wuhan, comme l'a évoqué la presse chinoise. Le gouvernement « ne permet pas d'ajouter des capacités [de production] sur la côte », où se concentre déjà l'essentiel de l'activité automobile, a expliqué M. Nakamura. « Wuhan n'est pas une ville côtière, donc pourquoi pas ? Mais aucune décision n'a été prise pour l'instant », a-t-il ajouté.
Renault vise à terme une production de 200 000 à 300 000 véhicules par an en Chine, niveau qui sera atteint par paliers, a enfin indiqué M. Nakamura. (AFP, REUTERS, DOW JONES, AUTOMOTIVE NEWS EUROPE, TRIBUNE.FR 23/4/12, FIGARO, ECHOS, LIBERATION, CORRESPONDANCE ECONOMIQUE, AUTOACTU.COM 24/4/12)

Alexandra Frutos