Renault-Nissan a réalisé en 2012 un record de 2,69 milliards d’euros de synergies

Renault-Nissan a réalisé en 2012 un record de 2,69 milliards d’euros de synergies (+ 54 %), ce qui traduit l’accélération constante du partenariat entre les deux constructeurs. Les secteurs achats (851 millions d’euros), mécanique (709 millions d’euros) et ingénierie véhicules (546 millions d’euros) sont restés les principaux contributeurs d’économies. A l’avenir, les synergies devraient continuer de progresser et même d’accélérer dans les secteurs autres que l'ingénierie.

Le partenariat croisé qui unit Renault et Nissan depuis 1999 est le plus durable et le plus productif de l’industrie automobile, se félicite Renault, soulignant que la collaboration avec Nissan s’est accrue dans le monde entier, en particulier dans les marchés émergents, où les deux entreprises continuent de renforcer leur présence industrielle. « Grâce aux synergies et à l’accroissement des économies d’échelle, Renault et Nissan sont à même de rivaliser avec les plus grands constructeurs d’automobiles de la planète », souligne Christian Mardrus, directeur délégué à la présidence de l’Alliance Renault-Nissan. « Nous espérons dégager des synergies encore plus importantes, notamment sur les marchés émergents comme le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine », ajoute-t-il.

L’usine de l'Alliance à Chennai (Inde) abrite le plus vaste projet de plateformes partagées de l'Alliance. D’une capacité de production annuelle de 400 000 unités, le site produit aussi bien des véhicules Renault que des véhicules Nissan, destinés au marché local et à l’exportation.

En Russie, Renault-Nissan produit des véhicules à l’usine de Togliatti aux côtés d’AvtoVAZ. L’Alliance a pris l’an dernier une participation de contrôle dans le capital du premier constructeur russe, au travers d'une coentreprise créée avec la société publique Russian Technologies.

En Corée du Sud, Nissan démarrera l’an prochain la production de la nouvelle génération du Rogue dans l'usine Renault Samsung Motors de Busan. Préalablement à la mise en production de ce véhicule de loisir, l’Alliance a réalisé l'année dernière des améliorations significatives de coûts dans le processus de fabrication. Une optimisation qui permettra d’accroître la production du Nissan Rogue, tout en augmentant la productivité de toute l'usine.

Depuis 2009, tous les achats de l’Alliance passent par Renault Nissan Purchasing Organization (RNPO), la plus grosse structure commune de l’Alliance. Forte des 8 millions de véhicules produits par l’Alliance, RNPO peut négocier des prix plus avantageux que ceux que pourraient obtenir séparément les deux entreprises.

Les synergies mécaniques proviennent du codéveloppement et du partage de moteurs et de boîtes de vitesses. Grâce à leurs savoir-faire historiques, Renault se spécialise dans les moteurs diesel et les moteurs à essence de cylindrée réduite, tandis que Nissan s’occupe des autres moteurs à essence et des transmissions automatiques. Les synergies en matière d’ingénierie véhicule proviennent essentiellement des plateformes partagées et des composants communs.

L’Alliance a par ailleurs commencé à bénéficier en 2012 des synergies produites par une nouvelle approche, dite CMF (Common Module Family), qui implique notamment la consolidation des plateformes et des pièces. L’approche CMF est un système partagé qui permet à Renault et à Nissan de collaborer encore plus étroitement sur les véhicules et qui devrait contribuer fortement aux synergies futures. La CMF sera progressivement déployée sur les modèles Renault et Nissan entre 2013 et 2020. Elle concernera dans un premier temps le segment des compactes et des familiales, puis sera déployée aux modèles d’autres segments. La CMF devrait se traduire pour l'Alliance par une réduction moyenne du ticket d’entrée de 30 % à 40 % par modèle et de 20 % à 30 % d’économies sur les achats de composants. (COMMUNIQUE DE PRESSE RENAULT 27/6/13)

Alexandra Frutos