Quel avenir pour l'industrie automobile australienne ? (2/2)

Environ 1 million de véhicules sont vendus chaque année en Australie, où quelque 65 marques et 365 modèles sont en concurrence. Selon la Chambre fédérale de l’industrie automobile (FCAI), le marché automobile australien a augmenté de 10,3 % en 2012, à 1,11 million d’unités. Toyota a été la marque la plus vendue (avec 218 176 véhicules écoulés et une part de marché de 19,6 %), suivi de Holden (la marque locale de General Motors - 114 665 unités et 10,3 %) et de Mazda (103 886 unités et 9,3 %). Une petite voiture importée, la Mazda 3, a été pour la deuxième année consécutive le modèle le plus populaire, tandis que trois modèles fabriqués localement figurent parmi les dix les plus vendus. L'organisation prévoyait en janvier la vente de 1,07 million de véhicules cette année.

Selon les chiffres publiés par l’OICA (Organisation internationale des constructeurs d'automobiles), la production de véhicules en Australie a chuté de moitié au cours des dix dernières années, passant de plus de 413 000 unités en 2003 à 329 000 unités en 2008 et à 209 000 unités en 2012, la production de voitures ayant reculé sur la période de 365 000 unités à 178 000 unités.

D'après les statistiques publiées par le gouvernement australien, le secteur automobile employait au début de cette année 50 370 personnes chez les constructeurs et les équipementiers, 141 714 dans le secteur de la réparation et de l'entretien et 101 000 dans celui de la distribution.

Les constructeurs ne sont pas les seuls à faire face à des difficultés. La Fédération des fabricants de produits pour l’automobile redoute les conséquences de l’annonce de Ford sur les fournisseurs. Jaques Nasser, ancien dirigeant de Ford et président de BHP Billiton, avait d’ailleurs estimé au printemps que la fermeture d’un des trois constructeurs locaux pourrait avoir un effet domino dans l’industrie. La Fédération de l’industrie automobile australienne (AMIF), qui représente les distributeurs et les réparateurs, a pour sa part appelé le prochain gouvernement à publier un livre vert et un livre blanc afin de répondre aux changements sans précédent qui affectent l’ensemble de l’industrie automobile et d’élaborer une politique qui garantisse son avenir à moyen et long terme. « Pendant trop longtemps, les gouvernements successifs n’ont pas compris que l’industrie automobile locale ne s’arrêtait pas aux fabricants de véhicules et d’équipements et qu’une nouvelle approche, incluant les autres 75 % de l’industrie [...] était nécessaire », a déclaré Richard Dudley, président de l’association. Il a souligné que 16 000 emplois avaient été perdus dans l'industrie automobile australienne en 2012, dont 2 700 chez les constructeurs et les fournisseurs.

Frédérique Payneau