Quatre voitures sur cinq pourraient être connectées d’ici à 2020

D’après une étude réalisée par Bearing Point et Pierre Audoin Consultants (PAC), quatre voitures sur cinq seraient connectées d'ici la fin de la décennie. Alors qu'en septembre dernier, un travail similaire mené par Stragy& et PwC montrait que le « business » du véhicule connecté quadruplerait d'ici à 2020, pour atteindre 115 milliards d'euros de chiffre d'affaires, le taux d'équipement révélé aujourd'hui corrobore ce résultat. Ainsi, d'ici la fin de la décennie, les services connectés deviendraient courants dans l'industrie automobile et seraient proposés dans 80 % des véhicules commercialisés.

L'étude de Bearing Point et PAC souligne que trois constructeurs sur quatre reconnaissent que ce marché constituera un levier de croissance majeur à long terme. A ce titre, ils sont d'ailleurs plus de la moitié à prendre en compte la connectivité dans leur réflexion en R&D, en matière de design ou dans leur offre.

Sur ce point, l'étude montre que l'offre de services se concentre aujourd'hui sur l'information météorologique (69 %), les actualités (61 %) et les services de navigation (52 %), services considérés de première génération, alors qu'une seconde émerge peu à peu avec les aides à la conduite connectées et les services de sécurité amenés à se généraliser. Une manière également de tendre à long terme vers la connectivité « car-to-X ». Un avenir qui ne pourra se dessiner, d’après les conclusions de cette enquête, sans une plus grande coopération entre constructeurs et équipementiers. Associée voitures connectées chez Bearing Point, Sarah-Jayne Williams estime ainsi qu'à présent, « le principal défi est de créer de nouveaux modèles économiques regroupant plusieurs services connectés pour offrir une expérience client globale ».

Parmi les solutions avancées, des plateformes de gestion de services numériques pourraient très bien voir le jour et regrouperaient de multiples partenaires (information, divertissement, télécommunication, assurance) qui, tout en travaillant ensemble, bénéficieraient de services de facturation distincts. Une manière également de mettre à disposition des conducteurs des solutions connectées cohérentes et globales, indique le JOURNALAUTO.COM (25/3/15).

Alexandra Frutos