Quatre millions de Français menacés par un « désert » de stations-service

Près de quatre millions de Français sont menacés par la « désertification » des stations-service, surtout à la campagne mais aussi à Paris, indique la Fédération nationale de l'artisanat automobile (Fnaa), citant une étude de la Datar (Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale). Environ 300 000 personnes n'ont déjà aucune station-service à moins de 10 minutes en voiture de chez eux, et quelque 3,6 millions de personnes supplémentaires seront dans ce cas si la station la plus proche de leur domicile ferme.

La Datar à recensé 871 stations « ultimes », « dont la disparition plongerait les automobilistes, les entreprises et les services publics géographiquement concernés dans une dangereuse situation de désertification », souligne la Fnaa dans un communiqué.

D'ores et déjà, un quart de la population doit accomplir plus de 5 kilomètres en moyenne pour atteindre une première station. Dans 38 départements français, l'automobiliste doit rouler « de 15 à 38 minutes » pour en trouver une seconde, ajoute la fédération. Or, sur les 871 stations recensées, 72 % sont des petites stations (250 000 à 500 000 litres de carburant vendus par an), les plus fragiles économiquement et qui assurent à côté des missions « d'intérêt public » (réparation auto, vente de gaz, épicerie, etc.)

« Le risque de désertification ne se limite pas seulement aux zones rurales », fait par ailleurs valoir la Fnaa, selon qui « si rien n'est fait », Paris et la petite couronne ne compteront que 39 stations en 2020, contre 122 actuellement et 137 en 2010.

La Fnaa estime par ailleurs que l'obligation pour les stations de se soumettre à des normes environnementales avant le 31 décembre 2013 pourrait conduire 1 600 points de vente à mettre la clé sous la porte, faute d'avoir les moyens de financer ces travaux. En 2012, la France ne comptait plus que 12 300 stations-service, contre 47 500 en 1975. Le nombre de fermetures, qui concerne surtout les zones rurales et périurbaines, s'est ralenti, mais la tendance récente voit encore environ 250 enseignes disparaître chaque année. (AFP 28/5/13)

Alexandra Frutos