Progression du chiffre d'affaires de PSA Peugeot Citroën au 1er trimestre 2014

Le chiffre d'affaires de PSA Peugeot Citroën a progressé de 1,9 % au premier trimestre de 2014, à 13,3 milliards d'euros,
grâce à la hausse de ses immatriculations et de ses prix qui a compensé les effets négatifs des taux de change.

"C'est un premier trimestre positif qui permet de renouer avec la croissance du chiffre d'affaires, après beaucoup de trimestres difficiles", a souligné le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon.

PSA a vendu 726 000 véhicules dans le monde sur la période, en progression de 7,7 %. Il a profité de la bonne santé de ses deux plus gros marchés, l'Europe et la Chine, explique-t-il. PSA a ainsi enregistré une hausse de 6 % de ses ventes en Europe, avec une part de marché stable à 12,3 %. Ses immatriculations ont bondi de 18,3 % en Chine. Elles ont reculé en revanche en Russie et en Amérique latine et ont décroché de 35,6 % dans le reste du monde.

Le chiffre d'affaires de la division automobile s'inscrit en hausse de 2 % sur le trimestre, à 8,9 milliards d'euros. Ceci s'explique par la progression des immatriculations et des prix, qui "compensent l'impact fortement négatif des changes". L'effet défavorable lié aux devises va se poursuivre dans les mois qui viennent, a averti Jean-Baptiste de Chatillon.

Le chiffre d'affaires de l'équipementier Faurecia, que le groupe contrôle, a également progressé, alors que celui de sa banque PSA Finance a reculé de 9,5 % "sous l'effet notamment de la baisse des encours".

Pour 2014, le groupe estime que le marché automobile européen va croître d'environ 3 % ; il table en outre sur une croissande du marché chinois de 10 %. En revanche, l'Amérique latine devrait reculer de 7 % et la Russie de 5 %.

Cette année, "les défis à relever son ceux du plan Back in the race", dévoilé mi-avril par le nouveau patron du groupe, Carlos Tavares, a rappelé Jean-Baptiste de Chatillon.
Dans ce cadre, le constructeur espère atteindre un flux de trésorerie (free cash flow) opérationnel positif "au plus tard en 2016" et de deux milliards d'euros en cumulé entre 2016 et 2018. Il vise aussi une marge opérationnelle de 2 % en 2018 pour sa branche automobile, puis de 5 % entre 2019 et 2023. (COMMUNIQUE PSA, AFP 25/4/14)

Juliette Rodrigues