Précisions sur le plan antipollution de la Ville de Paris

La maire de Paris Anne Hidalgo a dévoilé le 28 janvier son plan de lutte contre la pollution. La classification des véhicules, des plus polluants (classe 1) aux plus propres (classe 5), se fonde sur un arrêté du 3 mai 2012. Les véhicules de classe 1 sont : pour les 2 roues motorisés, les véhicules antérieurs au 31 mai 2000 ; pour les véhicules particuliers, les modèles antérieurs au 1er janvier 1997 ; pour les véhicules utilitaires légers, les modèles antérieurs au 1er octobre 1997; pour les poids-lourds, les véhicules antérieurs au 1er octobre 2001.

A partir du 1er juillet 2015, les autobus, autocars et poids lourds de classe 1 (modèles antérieurs au 1er octobre 2001) seront interdits de circulation sur le territoire parisien (hors bois et périphérique), de 8h00 à 20h00. Cette mesure, qui serait appliquée en vertu du Code général des collectivités territoriales, fait encore l'objet de discussions avec l'Etat.

A partir du 1er juillet 2016, tous les véhicules de classe 1 seront interdits. Les voitures particulières, deux roues motorisés et véhicules utilitaires légers pourront continuer à circuler le week-end, tandis que l'interdiction sera permanente pour les autobus, autocars et poids-lourds concernés. La mise en place de cette « zone à basses émissions », dans le cadre de la loi de transition énergétique, a vocation à s'appliquer à l'échelle métropolitaine. Un comité d'animation composé de collectivités volontaires va se mettre en place pour organiser le travail avec les collectivités du Grand Paris.

Entre 2017 et 2020, les véhicules de classes 2, 3 puis 4 seront progressivement interdits. La Ville ne perd pas de vue son objectif d'éradiquer le diesel à l'horizon 2020, même s'il n'existe pas aujourd'hui de cadre légal pour le faire.

La mairie va organiser une réflexion sur la mise en place de zones à trafic limité (quasi-piétonnes), notamment dans l'hyper-centre de Paris, et de voies à ultra-basses émissions (un sens réservé aux véhicules propres) qui pourraient être expérimentées en 2016. Elle compte proposer une offre découverte Autolib' à tous les Parisiens de moins de 25 ans venant d'obtenir leur permis de conduire (50 % de l'abonnement gratuit + crédit de 50 euros de trajets prépayés). Elle instaurerait pour les Parisiens renonçant à leur véhicule particulier concerné par les mesures de restriction de circulation une offre découverte Autolib' et le remboursement du Passe Navigo et de l'abonnement Vélib pour un an, ou bien remboursement jusqu'à 400 euros de l'achat d'un vélo et de ses accessoires. La municipalité compte également accompagner les copropriétés pour qu’elles s’équipent d'abris de vélos sécurisés (50 % du montant pris en charge, à hauteur de 2 000 euros) et qu’elles installent des points de recharge pour véhicules électriques (50 % du montant pris en charge, jusqu'à 500 euros par point de recharge, dans la limite de 4 points). Elle veut encore proposer une aide à l'acquisition d'un véhicule électrique ou au gaz pour les professionnels mobiles : aide financière au remplacement d'un véhicule thermique par un véhicule propre (électrique ou gaz) représentant 15 % du prix d'achat HT (hors options), d'un montant maximal de 9 000 euros modulé selon le type de véhicule. Cette offre est réservée aux très petites entreprises et sera proposée aux professionnels parisiens ainsi qu'aux professionnels de la petite couronne qui viennent travailler à Paris. Elle interviendra en complément des mesures prises par l'Etat (bonus de 10 000 euros confirmé par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal le 28 janvier). La création d'un crédit à taux préférentiel pour l'acquisition, par un professionnel, d'un véhicule propre, est également prévue, ainsi que la mise en place d'un « centre de mobilité » permettant de répondre à toutes les questions des Parisiens et visiteurs sur l'offre de mobilité parisienne.

Ces mesures, qui seront adoptées en février et mises en ?uvre dès 2015, devraient coûter 5 millions d'euros. (AFP 28/1/15)

Alexandra Frutos