Précisions sur l’entrepreneur intéressé par la reprise de Mia Electric

L'entrepreneur qui s'est manifesté la semaine dernière pour reprendre Mia Electric à Cerizay (Deux-Sèvres) est une franco-coréenne ayant une entreprise en Allemagne, a indiqué le 11 juin à l'AFP (11/6/13) une source proche du dossier, confirmant une information du MONDE (12/6/13). Cette personne se serait dite prête à garder les 210 employés de l'usine. Elle a obtenu le soutien du conseil de surveillance le 5 juin et celui du comité d'entreprise le 10 juin. Le comité d’entreprise a ainsi donné son accord pour la cession des parts d’Edwin Khol (près de 90 % du capital) vers un nouvel acquéreur. La direction de Mia Electric n'a pas démenti ces informations, précisant toutefois que la signature n'était pas encore effective.

Parallèlement à l’arrivée d’un nouvel actionnaire, Mia Electric voit également ses débouchés s’élargir au Royaume-Uni. Le constructeur a signé un accord d’importation avec la société Venture Automotive. Cet accord va lui permettre de s’implanter sur le marché des flottes, qui représente plus de 50 % du marché britannique. Les Mia seront proposées avec une garantie 5 ans ou 70 000 miles.

Par ailleurs, à Cerizay, trois candidats ont déposé chez l'administrateur judiciaire, à la date limite du 10 juin au soir, un dossier de reprise de l'entreprise d'emboutissage en redressement judiciaire Heuliez SAS, dont l'activité et celle de Mia Electric cohabitaient jusqu'en 2010 au sein d'Heuliez. Deux candidats ont souhaité garder l'anonymat. Le troisième, Christian de Léotard, un ingénieur automobile et ingénieur carrossier, s'était déjà déclaré. (AUTOACTU.COM 12/6/13)

Alexandra Frutos