Plastivaloire va lancer un plan de restructuration

Plastivaloire a annoncé le 17 juin le lancement d'un plan de restructuration, après être tombé dans le rouge au premier semestre de son exercice décalé. Sur les six mois achevés fin mars, il a enregistré une perte nette (part du groupe) de 2,6 millions d'euros, alors qu'il était bénéficiaire de 2,7 millions l'an dernier à la même époque. En exploitation, le groupe est aussi en perte, avec un résultat opérationnel de 1,3 million d’euros, mais l’équipementier espère qu'il sera positif sur l'ensemble de l'année grâce aux mesures prises pour le redresser. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a mieux résisté, à 9 millions d'euros, contre 14,9 millions il y a un an, grâce à de premières mesures de réduction des coûts, notamment en matière salariale, alors que le chiffre d’affaires reculait sur la période de 12 %, à 195,2 millions d'euros.

Le plasturgiste a revu à la baisse ses prévisions de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année, à 390 millions d'euros, contre 400 millions espérés jusqu'à présent.

Plastivaloire estime que ces résultats constituent un moindre mal, et qu’il a mieux résisté à la crise que d'autres, « grâce à la performance de ses usines à l'étranger et à sa diversification ». Paradoxalement, le groupe de Langeais (Indre-et-Loire) s'en sort essentiellement grâce à ses activités traditionnelles, destinées notamment à des clients dans le domaine de l'électronique. Ce secteur a dégagé un Ebitda en forte progression, à 8,2 millions d'euros (+ 46 %). En revanche, l'activité de diversification dans les pièces automobiles, fortement développée avec l'acquisition de la société Bourbon il y a deux ans, souffre avec un Ebitda tombé à 0,8 million d'euros (- 91 %).

Sceptique quant à une possible amélioration à court terme du marché automobile, Plastivaloire a décidé de restructurer sa présence dans le secteur. Le groupe a ainsi ouvert un guichet départ pour les salariés de ses activités automobiles, sans préciser les conditions qui leur sont offertes. Il va par ailleurs regrouper sur un même site ses deux unités bisontines, les salariés de l'usine de Chalezeule étant transférés sur le site de Pelousey. Plastivaloire a déjà fermé son usine de Rochefort en décembre 2011 et sa filiale vosgienne Cimest en novembre 2012. A l'issue de ces restructurations, le groupe comptera encore 13 usines en France et 11 à l'étranger. (AFP 17/6/13)

Alexandra Frutos