Philippe Varin détaille les priorités du groupe PSA

Dans un entretien accordé au FIGARO (1/8/13), le président de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin explique que le groupe voit les premiers signes de son redressement et qu’il n’est pas dans une situation d’urgence financière. Il souligne que les nouveaux produits du constructeur ? notamment les Peugeot 208 et 2008 ? marchent bien, que la nouvelle 308, qui sera lancée à la rentrée, « n’a rien à envier aux constructeurs allemands », et que côté Citroën, « la demande est forte pour le nouveau C4 Picasso ». « Tout cela ne se voit pas encore sur la part de marché, qui a reculé, mais elle va progressivement augmenter au cours du second semestre. A l’international, nos ventes en Chine ont en revanche bondi de 33 % au premier semestre. Notre objectif de réaliser 50 % de notre activité hors d’Europe en 2015 sera atteint », déclare-t-il.

M. Varin confirme par ailleurs sa prévision d’un marché automobile européen en baisse de 5 % sur l’année (- 7 % au premier semestre et ? 3 % au second). « On peut espérer qu’en 2014, il pourrait se rapprocher d’une situation d’équilibre. Bref, on a touché le fond, mais on ne devrait pas beaucoup s’en éloigner. Le niveau de prix du marché, qui reste mauvais, a lui aussi tendance à se stabiliser », indique-t-il.

Le groupe PSA a aujourd’hui trois priorités, explique M. Varin. Il lui faut redresser sa situation en Europe, s’internationaliser davantage et atteindre par ses alliances une taille critique proche de celle des leaders. « En Europe, le cap est clair, le redressement est en cours grâce au plan de restructuration et à la montée en gamme de notre offre. Or, le jour où nous y serons à nouveau rentables, notre situation changera radicalement. A l’international, la Chine est absolument prioritaire pour PSA. Enfin, PSA vend aujourd’hui 3 millions de voitures. Il faudra donc un partenaire à PSA pour atteindre une taille critique, partager des technologies. C’est la condition indispensable pour pouvoir développer nos marques avec des voitures attractives mondialement. Avec GM, on avance, et tout ce que nous pourrons faire, nous l’examinerons. En Chine avec Dongfeng, la dynamique est très bonne », déclare-t-il.

Alexandra Frutos