Philippe Varin commente l’alliance avec Dongfeng et les nouvelles orientations de PSA

Dans un entretien accordé au MONDE (20/2/14), le président de PSA Peugeot Citroën Philippe Varin explique que le groupe est « indubitablement » sur la voie de la guérison. PSA « a traversé un une période très difficile, mais nous avons pris la mesure de l’enjeu et notre redressement est bien enclenché, souligne-t-il, ajoutant que Carlos Tavares, « qui dirige désormais la branche automobile de PSA, dispose d’un socle solide pour relancer le groupe ».

Concernant l’entrée de l’Etat et de Dongfeng au capital du constructeur, M. Varin explique qu’il s’agit à la fois d’un « bon projet pour la pérennité du groupe, pour la France et sa filière automobile, et pour le rayonnement du pays en Chine, où Peugeot, Citroën et DS défendent l’image nationale ». Il souligne qu’avec « six administrateurs représentant ces trois actionnaires, six indépendants et deux salariés, le conseil d’administration est équilibré. Dans cette structure duale, ce conseil surveille et le directoire dirige. Le groupe a une chance inouïe d’avoir à la fois à son conseil les Peugeot, qui ont une connaissance approfondie de la société, l’Etat, des spécialistes de l’Asie, et les administrateurs indépendants. Carlos Tavares pourra s’appuyer sur un conseil solide », déclare-t-il.

Concernant l’alliance avec Dongfeng, M. Varin explique que ne pas être en Chine et en Asie du Sud-est serait une erreur. « Y être avec Dongfeng est un avantage. Alors que nous avons vendu 550 000 véhicules en Chine en 2013, nous visons au début des années 2020 1,5 million de véhicules Citroën, Peugeot et Fengshen, une marque de notre partenaire », déclare-t-il. « Dongfeng veut avant tout croître en Chine et en Asie. Nous aussi, avec eux », ajoute-t-il.

M. Varin indique par ailleurs que l’augmentation de capital va permettre au groupe de se désendetter, à relancer les investissements en recherche et développement ? notamment dans le domaine de l’hybride rechargeable, et d’investir dans les usines ? tant en Europe qu’en Amérique latine et en Russie. « Nous confirmons ainsi l’investissement de 1,5 milliard d’euros dans nos usines françaises d’ici à 2016 ainsi que la production de 1 million de voitures par an dans notre pays à cet horizon », souligne le dirigeant.

Enfin, M. Varin explique que, grâce à l’adossement de Banque PSA Finance à Santander, PSA sera en mesure de proposer des financements plus attractifs à ses clients. « Par ailleurs, [?] nous allons pouvoir progressivement libérer dans nos comptes 1,5 milliard d’euros immobilisés pour garantir les prêts actuels », ajoute-t-il.

Alexandra Frutos