Philippe Buros vise une rentabilité de 1 % pour le réseau Renault

Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM (11/2/15), le directeur commercial France de Renault Philippe Buros indique que la rentabilité moyenne du réseau pour l’année 2014 devrait être de 0,5 %, en hausse de 0,2 point. « Ce n’est pas suffisant et nous pensons que le bon chiffre serait autour de 1 % en France », ajoute-t-il.

« L’activité après-vente a baissé et sa rentabilité aussi. Ce que nous voyons est une baisse de 1,5 % des entrées ateliers avec une fin d’année qui s’est un peu redressée et qui nous donne l’impression que nous avons touché le fond », explique M. Buros. « L’environnement macroéconomique en France n’est pas bon. L’amélioration de la qualité du produit a fait baisser les opérations de garantie. Le Français fait plutôt 10 000 km par an que 12 000. C’est, par exemple, une vidange de moins tous les 4 ans. Nous devons mettre plus de voitures sur la route avec plus de contrats service, ce que nous avons fait en janvier avec Easy Pack », souligne-t-il. « Nous avons remodelé la stratégie commerciale avec un produit packagé financement et service sur toute la gamme. Nous avons fait un bon mois de janvier avec 47 % de pénétration Easy Pack sur les commandes à particuliers. Sur la Twingo, nous avons dépassé 60 % avec cette offre, qui se prête plus aux petits produits : 129 euros/mois pendant 4 ans, sans apport et entretien compris, c’est une vraie offre. Nous avons également fait d’autres types de financement et nous atteignons sur les commandes de janvier un taux de pénétration global de 70 %. Easy Pack, c’est clairement de la conquête pour RCI et c’est du business qui va rester dans le groupe. Le contrat d’entretien prépare le business pièces dans 4 ans », ajoute-t-il, précisant que l’offre Easy pack est prolongée en février et qu’un bilan sera fait mi-mars.

« Nous avons fait 3 100 immatriculations de Twingo III en janvier, ce qui est plus que C1 et 108 réunies, qui sont autour de 2 500. Le problème de Twingo III est plus celui du segment, qui baisse, que de la pénétration sur son segment, qui est bonne. Il faut également tenir compte du fait que nous n’avons que de l’essence et que, malgré ce que l’on dit, la France est un marché diesel.
Avec 4 000 commandes de Twingo III en janvier, nous sommes sur la même tendance que 2014 », commente par ailleurs le dirigeant.

« La Mégane s’est pas mal tenue l’an dernier. Nous aurons cette année à passer. Nous aurons l’Espace et, cela ne vous a pas échappé, nous misons un peu de volume sur Kadjar. Si nous n’étions pas leader dans ce segment sur le second semestre, nous serions déçus. A partir du second semestre avec Nouvel Espace, Kadjar et la remplaçante de Laguna qui ne s’appellera pas Laguna, nous pensons pouvoir réaliser une bonne performance », prévoit M. Buros. « Nous visons a minima ce que l’on a fait en part de marché sur 2014 sur un marché que je ne vois pas beaucoup bouger », ajoute-t-il. « La performance de Dacia sur les 6 ou 8 derniers mois est un bon 5 % du marché. 10 % sur le canal des particuliers, je ne suis pas sûr que l’on tienne ce rythme. Notre objectif est de rester quatrième marque sur le segment des particuliers », indique-t-il par ailleurs.

« Le prix de vente moyen [des véhicules vendus par Renault] a un peu augmenté en 2014. J?ai donné un objectif de + 15 % sur 3 ans pour la période 2015-2017. Nous allons commencer au second semestre de cette année et je vous donne rendez-vous en février 2016. Je remarque que Peugeot a annoncé également une hausse de leur prix de vente moyen. Ils ont eu le renouvellement de leur gamme avant nous. Maintenant la vague est pour nous », annonce enfin M. Buros.

Alexandra Frutos