Peugeot renforce sa présence dans l’Asean en s’implantant au Vietnam

Peugeot est déjà présent sur les marchés automobiles de l’Asean, en Malaisie avec le groupe Naza, en Indonésie avec son partenaire Astra, à Singapour avec le groupe Sime Darby, aux Philippines avec Eurobrands Distributors Inc, ainsi qu’en Thaïlande, au Bruneï, au Sri Laka et depuis peu au Népal. La marque a décidé de renforcer sa présence dans la région en s’implantant au Vietnam, où elle a officiellement signé, le 8 avril, un contrat avec l’importateur Thalco, qui assemblera et distribuera ses véhicules dans le pays. Peugeot a signé un accord d’importation au Vietnam avec le groupe de distribution Thaco, qui assemblera également un modèle de la marque dans ses usines locales.

Le constructeur a choisi le groupe de distribution Thaco, qui dispose de 100 points de vente dans le pays, pour importer d’Europe et distribuer les Peugeot 208, 3008, 5008, 508 et le coupé RCZ. Le réseau de distribution Peugeot « sera constitué avant la fin de l’année 2013 de six concessionnaires, dont trois dans la région d’Hanoï et trois autres dans la région de Hô-Chi-Minh ville, avec un potentiel de 15 concessionnaires à terme », souligne PSA dans un communiqué. Les deux premiers showrooms ouvriront leurs portes au second semestre, en parallèle du lancement officiel de la marque au Vietnam. L’accord porte également sur l’assemblage de la 408 (déjà montée en Chine, en Russie, en Argentine et en Malaisie), le segment C représentant le c’ur du marché vietnamien, dans l’usine de Thaco à ChuLaï.

Le marché vietnamien est aujourd’hui le cinquième marché de la région Asean avec 80 000 immatriculations en 2012 (VP + VUL). PSA estime qu’en 2020, ce marché devrait dépasser les 300 000 unités. Peugeot vise 5 % de parts de marché à cette échéance. Pour 2013, la VAMA (Association des constructeurs), table sur une progression du marché de l’ordre de 8 %, à 100 000 unités, grâce aux diverses mesures de stimulation de la demande annoncées par le gouvernement, notamment la baisse de la taxe d’immatriculation.

Alexandra Frutos