Peugeot conserve un portefeuille de commandes à un niveau record

Depuis le lancement du 3008, les immatriculations de Peugeot affichent une croissance qui ne faiblit pas avec des immatriculations VP en hausse de 6,1 % pour l’ensemble du premier semestre et une croissance de 13,3 % en juin. « Nous avons pris en juin autant de commandes que nous avons fait de livraisons », indique Guillaume Couzy, directeur du commerce France de Peugeot. En conséquence, la marque conserve un portefeuille de commandes à niveau record de presque 2 mois. « Nous avons eu en juin une croissance de nos commandes de 20 %, très exactement à l’objectif. Sur le premier semestre, nous avons eu cette croissance de 20 % tous les mois », souligne-t-il.

La principale raison de cette situation est le succès du 3008, que la production n’arrive pas à suivre. Et ce n’est pas près de changer. « Le 3008 est un succès phénoménal. En octobre, nous avons déjà eu 22 prix internationaux, dont le prestigieux Car of the year. Nous avons pris 70 000 commandes de 3008 depuis le lancement et nous en avons livré 37 000 », se félicite M. Couzy. Il y en a eu en juin 8 743, soit 21 % des immatriculations de la marque (40 999 unités). Ce succès d’un modèle rejaillit sur le reste de la gamme, avec un ensemble SUV à plus de 7 % de part de marché, « au-dessus de nos objectifs », précise le dirigeant.

Sur le premier semestre, Peugeot place 4 modèles dans les 6 premiers avec la 208 (2ème, 4,83 % de part de marché), le 2008 (3ème, 3,41 % de part de marché), la 308 (4ème, 3,33 % de part de marché) et le 3008 (6ème, 3,28 % de part de marché). « A 200 voitures près, nous avions 4 voitures dans le top 5 », souligne Guillaume Couzy.

A la fin du premier semestre, Peugeot obtient une part de marché de 17,44 % en VP et VUL, proche de son objectif de 17,5 %. Dans un tel contexte, Guillaume Couzy envisage un bon deuxième semestre. « Avec des volumes en hausse de 7,5 % [238 067 immatriculations], nous sommes dans le temps de passage. Nous avons une hausse de notre part de marché de 0,6 point au premier semestre, 0,5 en VP et 1,2 en VUL, et si nous pouvions prolonger, nous serions satisfaits », déclare-t-il.

M. Couzy est d’autant plus confiant que le lancement du 5008 pourrait rééditer le succès du 3008. Il possède comme le 3008 un style capable d’attirer les clients avec surtout le même intérieur et notamment cette « dalle numérique » de série au lieu d’un tableau de bord classique capable de faire la différence et de fixer le client. Un effet « coup de c’ur » suivi d’un effet « waouh », avec « un intérieur très techno qui séduit les clients », résume le dirigeant. (AUTOACTU.COM 4/7/17)

Alexandra Frutos