Peugeot commercialisera dès le mois de septembre un nouveau pick-up en Afrique

Peugeot commercialisera dès le mois de septembre un nouveau pick-up en Afrique. L'engin surélevé et à quatre roues motrices, « robuste », « endurant » et « facile à entretenir » selon la plaquette, sera vendu au Maghreb et en Afrique de l'Ouest. Le pick-up sera assemblé à partir de mi-2018 en Tunisie, dans la petite usine de Stafim, l'associé local du Groupe PSA - un site pourtant doté à la base d'une capacité de production limitée 1 200 unités par an. En attendant, les premiers véhicules proposés à la vente viendront de l'usine chinoise de Chengdu. C'est qu'il s'agit en réalité d'un véhicule de Dongfeng (constructeur chinois partenaire de PSA) sur lequel le groupe français appose un badge Peugeot. Le modèle s'appelle Dongfeng Rich, pour être précis. Il est même issu d'une base Nissan, qui est aussi partenaire de Dongfeng en Chine.

Peugeot voulait « revenir rapidement sur ce marché », et a donc « décidé de partir d'une base existante qui a prouvé sa robustesse », explique le directeur général de la marque Jean-Philippe Imparato sur Twitter. « C'est une opportunité », confirme-t-on au siège du groupe, où l'on précise toujours travailler sur un autre pick-up, celui annoncé dans le plan stratégique « Push to pass », avec Changan, le second associé chinois.

Pour le président du Groupe PSA Carlos Tavares, l'Afrique est un levier majeur pour gonfler les volumes du constructeur. Le dirigeant a d'ailleurs fixé un objectif de 700 000 ventes par an d'ici à 2021 dans la zone Afrique/Moyen-Orient. Entre janvier et fin mai, PSA en était à 231 000 unités, dont 177 000 en Iran. Selon Peugeot, qui avait stoppé l'assemblage au Nigéria de la 504 en 2005, le segment des pick-ups pèse plus ou moins 10 % des marchés visés, soit un volume d'environ 56 000 unités par an. (ECHOS 21/6/17)

Alexandra Frutos