Pascal Ruch détaille les objectifs de Toyota France

Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM, le président de Toyota France Pascal Ruch indique que sur l’ensemble de 2014, les ventes de la marque Toyota devraient être stables, à environ 75 000 unités. « Nous avions des objectifs ambitieux pour Lexus et nous les atteindrons avec 3 500 Lexus cette année, contre 3 000 en 2013 et 2500 en 2012 », ajoute-t-il. Pour 2015, « notre démarche stratégique est de réaliser une croissance solide. 2015 sera dans la logique des 3 dernières années où notre progression ne s’est jamais faite au détriment de la rentabilité », explique-t-il.

En ce qui concerne les ventes aux entreprises, les résultats de Toyota sont en hausse de presque 10 % en 2014, mais sont êtes encore loin des principaux concurrents, Ford et Nissan, notamment auprès des loueurs de longue durée. « Nous étions à 1,5 % de part de marché sur les entreprises, nous sommes cette année à plus de 2 %. Nous estimons qu’il nous reste de la marge pour développer ces canaux.
Nous avons mis en place un certain nombre de mesures et nous continuons. Nous avons restructuré le département ventes aux entreprises en créant une vraie business unit qui sera opérationnelle au 1er janvier », indique le dirigeant. Le segment des ventes aux entreprises « est très compétitif et les français sont très présents. Nous souhaitons arriver à une taille critique entre 2,5 % à 3 % de part de marché sur le segment des entreprises et loueurs longue durée. C’est un objectif à moyen terme qui me paraît réaliste », ajoute-t-il.

M. Ruch explique par ailleurs que les immatriculations de véhicules hybrides de Toyota ont baissé en août-septembre avec la fin de vie de la précédente Yaris, mais que les commandes de véhicules hybrides ont toujours été en hausse. « Nous sommes passés à la nouvelle génération Yaris avec de fortes livraisons en hybride en novembre et décembre », déclare-t-il. « Les ventes de véhicules hybrides représentent 3 % du marché français et certaines études voient leur part à 10 % en 2020, ce qui n’est pas irréaliste. Cela dépendra de l’offre et du contexte fiscal au sens large. L’élément fondamental est que les coûts de production pour les hybrides vont baisser alors qu’ils vont augmenter pour les véhicules diesel », poursuit-il.

« Les ventes de Lexus sont hybrides à 100 % et pour Toyota, la part des ventes hybrides ne cesse d’augmenter depuis le début de cette année. Nous avons fait 36 % de notre mix en hybrides en 2013.
Depuis septembre, les prises de commandes Toyota sont à 40 % sur des versions hybrides. En fonction de notre portfolio actuel et des lancements futurs, cette part va encore croître. Nous avons présenté un concept à Paris, le CHR, un petit Rav 4, qui pourrait aboutir et serait disponible en version hybride. Nous sommes actuellement à la troisième génération hybride et nous allons passer à la quatrième avec une nouvelle plateforme qui aura un certain nombre de nouveaux modèles. Nous serons à 50 % de nos ventes en hybrides au plus tard en 2017 », explique le dirigeant. « La technologie hybride est en train de s’imposer partout dans le monde avec déjà un parc total de 7 millions de véhicules. Toyota a mis 10 ans entre 1997 à 2007 pour atteindre 1 million d’unités, aujourd’hui il nous faut 10 mois. En France nous avons un parc de 100 000 Toyota hybrides », souligne-t-il.

Alexandra Frutos