PSA vise un million de ventes en Chine en 2017

Le premier trimestre de 2014 a vu la Chine passer devant la France pour devenir le premier marché de PSA Peugeot Citroën. Au troisième trimestre, le pays représentait même 28,4 % des ventes de PSA, contre 20,7 % un an plus tôt. Dans un marché qui a pourtant nettement ralenti au second semestre, le groupe français a rempli son objectif de milieu d'année en dépassant les 700 000 ventes, soit des immatriculations en croissance de 28 % sur l'année, représentant « trois fois celle du marché », se félicite Grégoire Olivier, directeur de PSA pour l'Asie. Et même quatre fois côté Peugeot : au terme d'une année faste (+ 42 %), la marque au lion a dépassé Citroën pour la première fois, grâce notamment à son positionnement. Les 3008 et 2008, arrivés en concession début 2014, correspondent au goût de plus en plus affirmé des Chinois pour les véhicules de loisir. Citroën Chine, jusqu'ici absent sur le segment, a réalisé des ventes moins spectaculaires (+ 14,3 %), mais a lancé le 21 décembre un petit véhicule métis urbain destiné au marché local, le C3-XR. Au total, le groupe PSA approcherait de la barre des 4 % de parts de marché en Chine.

DPCA, la coentreprise de PSA et Dongfeng, espère vendre 800 000 véhicules en 2015, et réaffirme son objectif de passer le million d’unités en 2017 et le million et demi à l'horizon 2020. Au sein d'une autre alliance, celle avec le constructeur Changan, les ventes de DS décollent également avec désormais près de 4 % de part de marché sur le segment C. 26 000 unités ont été écoulées cette année, un chiffre que Grégoire Olivier espère doubler en 2015. « Les volumes sont encore modestes, mais DS s'est fait sa place sur le premium. La marque obtient désormais 40 % de taux de notoriété », explique-t-il. « Le choix d'avoir produit localement dès le lancement de la gamme a permis une progression plus rapide que d'autres marques arrivées récemment, comme Infiniti ou Lexus », ajoute-t-il. Après le lancement de la DS 5 à l'automne 2013, c'est un SUV, le DS 6 WR, qui est parti à la conquête de la Chine en septembre dernier.

« Avec 80 véhicules pour 1 000 habitants, la Chine reste un marché largement sous-équipé et construit plus de 10 000 km de routes et autoroutes par an. Nous avons implanté notre quatrième usine dans le Sichuan, car c'est maintenant à l'intérieur du pays et dans les villes de 1 à 5 millions d'habitants que se fait la croissance », indique M. Olivier. Les deux véhicules qui seront produits dans la future usine de Chengdu seront à nouveau des SUV (en 2016 pour Peugeot et 2017 pour Citroën).

Alors que l'accord stratégique avec Dongfeng se met en place, PSA voit plus grand. Depuis le 1er janvier, le millier de concessions Dongfeng peut désormais distribuer des véhicules produits en France (notamment le Peugeot RCZ et la C4 Picasso). En contrepartie, Dongfeng rentrera cette année au capital du centre de R&D de Shanghaï, afin de développer des véhicules pour sa propre marque. Trois silhouettes seraient déjà en cours de développement. Et suite à un accord signé le mois dernier, l'alliance veut s'étendre à tous les pays de l'Asean, en premier lieu aux classes moyennes malaisiennes et thaïlandaises, soulignent LES ECHOS (6/1/15).

Alexandra Frutos