PSA se lance dans l’open innovation via son projet de modernisation du site de Mulhouse (1/2)

PSA Peugeot Citroën s’appuie sur son ambitieux projet de modernisation de l’usine de Mulhouse pour se lancer dans l’open innovation. L’usine du Haut-Rhin devrait devenir le premier site industriel « unité terminale » en France et être le leader en matière de coûts et de qualité. Elle y parviendra grâce à l’enveloppe de 400 millions d’euros que le constructeur a débloquée pour sa modernisation au cours des trois prochaines années.

Ce plan de transformation et d’accélération de la performance industrielle bénéficiera à plusieurs activités de l’usine : la mécanique, l’emboutissage, le ferrage et le montage. Depuis le 12 juin 2015, l’ensemble de la production (Peugeot 2008, Citroën C4 et DS 4) est passé sur une seule ligne. L’autre a été démantelée, libérant une surface de 65 000 m² où sera installée une nouvelle ligne de montage, qui sera opérationnelle en septembre 2016.

L’objectif est de produire sur une seule ligne, sur la base de la plateforme modulaire EMP2, deux véhicules du segment C et un du segment D, dont un véhicule de loisir de la gamme DS.

« Dans l’appareil industriel de PSA, Mulhouse doit devenir l’usine de référence. D’ici à 2018-2020, nous aurons l’un des meilleurs sites de production automobile en Europe », expliquait récemment Stéphane Cubaynes, chef de projet industriel, à l’Usine Nouvelle. De nouvelles méthodes et de nouveaux outils sont mobilisés pour bâtir cette usine du futur de PSA : flux synchrones longs, déchargement progressif des camions, mise en place du « kitting » (un bac de pièces suit le véhicule tout au long de la ligne de montage), développement de robots mobiles autonomes pour la distribution de pièces dans le cadre du projet européen Stamina (sustainable and reliable robotics for part handling in manufacturing automation).

Alexandra Frutos