PSA et Dongfeng vont développer des petites voitures sur la même plateforme

PSA Peugeot Citroën et son partenaire chinois Dongfeng vont développer des voitures de petite et moyenne taille sur la même plateforme, et ?uvrer ensemble à la recherche, notamment sur les véhicules électriques, ont annoncé les deux entreprises le 19 avril à Shanghaï. Le président de PSA Carlos Tavares et le président de Dongfeng Xu Ping ont officialisé ces annonces lors d'une cérémonie de signature, à la veille de l'ouverture à la presse du Salon international de l'Automobile dans la grande métropole de l'est de la Chine.

Les futures voitures de segment B de PSA et Dongfeng (type Peugeot 208 et Citroën C3), ainsi que des véhicules d'accès à la catégorie supérieure C sur certains marchés (Peugeot 301, Citroën C-Elysée) seront développées à partir d'une « plateforme mondiale » et les produits seront diffusés sous les marques Peugeot, Citroën, DS et Dongfeng, ont précisé les constructeurs dans un communiqué commun.

La nouvelle plateforme représente un investissement de 200 millions d'euros, dont 60 % seront apportés par PSA et 40 % par Dongfeng. Cette base technique devrait assurer un gain de poids de quelque 40 kg par rapport aux actuelles, et être 20 % moins chère à produire, d’après l'entreprise française.

Selon M. Tavares, une dizaine de véhicules différents, voitures à hayon, berlines et véhicules métis devraient être développées à partir de cette plateforme, dans des catégories qui représentent entre un et 1,5 million d'unités annuelles rien que pour PSA.

Parallèlement, MM. Tavares et Xu ont annoncé la création d'un centre commun de recherche et développement « consacré au développement de produits et de technologies pour les marchés asiatiques en forte croissance ». Situé à Shanghaï, ce centre aura notamment vocation à travailler sur une motorisation électrique que PSA et Dongfeng veulent développer ensemble pour un aboutissement au début de la prochaine décennie, selon leur nouvel accord rendu public dimanche.

Face aux journalistes, M. Tavares a évoqué « des signaux qui laissent à penser que l'électrique peut avoir une importance grandissante dans ce marché » chinois, avec des normes de plus en plus sévères édictées par le gouvernement de Pékin, notamment pour lutter contre le fléau de la pollution atmosphérique. « Dans ce contexte il est bon que l'on ait une technologie (électrique) qui soit multi-usages », a ajouté le dirigeant, qui avait déjà annoncé en février que PSA allait développer un modèle à propulsion 100 % électrique à l'horizon 2020. Pour lui, une collaboration avec Dongfeng apportera à PSA « l'interface nécessaire pour aller travailler avec les fournisseurs chinois [...] qui vous donnent accès à une compétitivité des coûts au meilleur niveau » en matière de composants électriques. (AFP 19/4/15, AUTOMOTIVE NEWS CHINA, ECHOS 20/4/15)

Alexandra Frutos